BFMTV

Peu de Français renoncent aux tarifs d'électricité réglementés

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), le nombre de ménages ayant quitté les tarifs réglementés d'électricité d'EDF a ralenti au deuxième trimestre 2010 par rapport aux trois premiers mois de l'année. /Photo d'archives/REUTERS/Mick Tsikas

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), le nombre de ménages ayant quitté les tarifs réglementés d'électricité d'EDF a ralenti au deuxième trimestre 2010 par rapport aux trois premiers mois de l'année. /Photo d'archives/REUTERS/Mick Tsikas - -

PARIS (Reuters) - Le nombre de ménages ayant quitté les tarifs réglementés d'électricité d'EDF a ralenti au deuxième trimestre 2010 par rapport aux...

PARIS (Reuters) - Le nombre de ménages ayant quitté les tarifs réglementés d'électricité d'EDF a ralenti au deuxième trimestre 2010 par rapport aux trois premiers mois de l'année, a annoncé jeudi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Depuis l'ouverture des marchés de l'énergie le 1er juillet 2007, les consommateurs peuvent souscrire à des offres de marché auprès des fournisseurs alternatifs ou d'EDF, ou bien conserver les tarifs réglementés de l'opérateur historique.

Selon la CRE, 40.000 ménages ont quitté les tarifs réglementés au deuxième trimestre contre 121.000 au cours des trois premiers mois de l'année.

Depuis le 1er juillet 2007, plus de 1,5 million de foyers résidentiels ont renoncé aux tarifs réglementés, soit environ 5% des 30 millions que compte la France.

En ce qui concerne les entreprises, le nombre de clients passé en offre de marché pour l'électricité a même diminué de 0,7% au second trimestre.

"Les marchés de l'électricité restent dominés par les tarifs réglementés: au 30 juin 2010, 94% des sites toutes catégories confondues, soit 84% de la consommation sont aux tarifs réglementés en électricité", détaille la CRE dans un communiqué.

Les fournisseurs alternatifs comme GDF Suez, Poweo ou Direct Energie n'ont actuellement pas accès, à un coût proche du prix de production, à l'électricité d'origine nucléaire produite en France par les 58 réacteurs d'EDF.

La loi relative à la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome), adoptée mi-juin par l'Assemblée nationale prévoit, pour remédier à cette situation, qu'EDF cède jusqu'à un quart de son électricité d'origine nucléaire à ses concurrents à compter de janvier 2011.

Le projet de loi sera discuté en première lecture au Sénat à partir du 27 septembre prochain.

Sur le marché du gaz, près de 1,2 million de foyers résidentiels - sur un total de 10,7 millions - avaient renoncé aux tarifs réglementés au 30 juin 2010.

Mathilde Cru, édité par Cyril Altmeyer