BFMTV

Patrick Alès, inventeur méconnu du brushing, est mort à 88 ans

Patrick Alès, l'inventeur du brushing, est mort à 88 ans.

Patrick Alès, l'inventeur du brushing, est mort à 88 ans. - MARTIN BUREAU / AFP

Patrick Alès, entrepreneur dans les cosmétiques, et inventeur méconnu du brushing, est mort à l'âge de 88 ans.

Patrick Alès, ancien coiffeur de célébrités et inventeur méconnu du brushing devenu par la suite entrepreneur dans les cosmétiques, est mort à l'âge de 88 ans, ont annoncé mardi sa famille et les dirigeants de son groupe.

"De Catherine Deneuve à Jackie Kennedy, Patrick Alès a coiffé les plus grandes personnalités et a été pionnier dans la création de concepts innovants dans les soins des cheveux par les plantes", selon le communiqué du groupe Alès, dont il était le fondateur.

Célébrités et mannequins

Né Jésus Gonzalez à Santander (nord de l'Espagne) en 1930, il émigre en France à l'âge de sept ans avec sa famille, fuyant la guerre civile qui ravage son pays natal. 

Adolescent, il devient coursier pour l'un des plus grands salons de coiffure parisien de l'époque, avant de grimper les échelons et de devenir lui-même coiffeur vedette, côtoyant Jean-Louis David et Jacques Dessange, coiffant les célébrités de l'époque et les mannequins de grands couturiers français comme Givenchy ou Balmain.

En 1964 il invente notamment le procédé du brushing, mise en forme temporaire des cheveux obtenue en les brossant mouillés tout en les chauffant avec un séchoir à main.

Produits capillaires et soins de la peau

L'année suivante il fonde son propre salon de coiffure près des Champs Elysées. Cinq ans plus tard, la première pierre de son groupe est posée quand il fonde les laboratoires Phytosolba, spécialisés dans les produits capillaires vendus sous la marque Phyto. L'entrepreneur diversifie par la suite son activité dans les soins de la peau, toujours à base de plantes, avec l'acquisition en 1979 des laboratoires Lierac, puis dans les parfums avec le rachat de la marque Caron en 1998 (revendue l'an dernier).

Patrick Alès avait quitté la présidence du directoire de son groupe en 2015 tout en gardant celle du conseil de surveillance, avant de céder l'an dernier cette fonction à son fils Romain. En difficulté financière ces dernières années, Alès Groupe est coté à la Bourse de Paris.

Clément Boutin avec AFP