BFMTV

Paris: un homme victime d'insultes racistes après une location pour une demande en mariage

Benjamin Kingombe avait loué un appartement dans le chic 16e arrondissement, avant de s'en voir refuser l'accès par le concierge et le propriétaire. Il va porter plainte, dénonçant des propos racistes.

Benjamin Kingombe est encore profondément marqué par la violence raciste dont il a été la victime. Le 24 mai dernier, ce cuisinier de 25 ans installé à Brunoy, dans l'Essonne, est bien décidé à demander sa compagne en mariage. Pour l'occasion, le vingtenaire a décidé de voir les choses en grand, et a réservé deux semaines auparavant un appartement dans le chic 16e arrondissement parisien.

"Vous allez ramener toute l’Afrique"

Le jour venu, le jeune homme se rend sur place, en avance, avec des cadeaux et plusieurs décorations qu'il compte installer pour sa demande. Là, il raconte que le concierge le toise et lui refuse l'accès au bâtiment. C'est alors que les premières remarques racistes tombent, explique Benjamin Kingombe: "Vous allez être combien dans l’appartement? Vous ne rentrez pas, vous allez ramener toute l’Afrique."

"Le monsieur me dit 'je ne peux pas vous laisser rentrer’. Je n’ai pas compris, je lui dis ‘mais monsieur, c’est quoi le problème? J’ai réservé’. Il me dit ‘vous allez mettre la musique, et de toutes façons on vous connaît vous allez ramener toute l’Afrique, vous allez faire la fête.' Je lui réponds, ‘c’est pas une fête c’est une demande en mariage'", se remémore le jeune homme.

Choqué par la situation, Benjamin Kingombe contacte alors le propriétaire de l'appartement, qui lui tient des propos encore plus violents.

"Il commence à s’énerver contre moi en me traitant de 'sale nègre', en me disant qu’il va m’attraper et m’écraser comme George Floyd (tué par un policier qui s'était agenouillé sur son cou lors de son arrestation, NDLR), en me faisant des menaces de mort, me demandant de lui donner mon adresse", développe-t-il.

Dépôt de plainte

Quelques minutes plus tard, Benjamin Kingombe et sa compagne décident de rappeler le propriétaire. Ils enregistrent la conversation, diffusée par le média AJ+. Le propriétaire poursuit sa diatribe, avec des propos de plus en plus violents et racistes. "Non seulement vous avez pris 400 ans d’esclavage dans le cul, mais en plus ça ne vous a pas servi de leçon, vous êtes d’une bêtise exceptionnelle", lance-t-il au cours de l'échange.

"Vous être allés au commissariat pour déposer plainte et vous ne connaissez même pas mon nom pour déposer plainte", peut-on l'entendre dire. "Est-ce que vous pensez vraiment que les noirs ont accès à la justice? On vous tue, on vous viole, on vous tabasse, on vous insulte, est-ce qu'une fois un policier s’est fait condamner?"

Benjamin Kingombe, qui a finalement pu faire sa demande en mariage dans un autre appartement parisien, a décidé de contacter plusieurs associations dont la Ligue de défense noire africaine (LDNA), qui va l'accompagner dans son dépôt de plainte.

Selon le ministère de l'Intérieur, en 2020, près de 2000 personnes ont été mises en cause par les services de sécurité pour crime ou délit "à caractère raciste."

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV