BFMTV

Paris: "sit-in pacifique" dimanche à la mémoire de Rémi Fraisse

L'ONG France Nature Environnement organise un sit-in pacifique dimanche à Paris à la mémoire de Rémi Fraisse.

L'ONG France Nature Environnement organise un sit-in pacifique dimanche à Paris à la mémoire de Rémi Fraisse. - BFMTV

Rémi Fraisse, mort lors d'affrontements avec des gendarmes sur le chantier du barrage de Sivens, faisait partie du réseau de France nature environnement. L'ONG organise à sa mémoire un "sit-in pacifique" dimanche à Paris, devant le mur de la Paix, au Champ de Mars.

L'ONG France Nature Environnement (FNE) appelle à un sit-in à la mémoire de Rémi Fraisse, le militant écologiste mort sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn, et a réaffirmé vendredi son souhait de voir abandonné le projet controversé.

5.000 personnes attendues

"Nous appelons à un sit-in pacifique devant le mur de la Paix au Champ de Mars à Paris pour honorer la mémoire de Rémi, qui faisait partie du réseau France Nature Environnement", a déclaré Benoît Hartmann, porte-parole de la fédération. "L'appel est relayé par les grandes associations écologistes et par certains syndicats, nous attendons environ 5.000 personnes", a-t-il ajouté.

Selon le militant, il n'y aura pas de prise de parole, à l'exception d'un propos préliminaire du président de FNE, Denez L'Hostis, pour saluer la mémoire de Rémi Fraisse. Les élus présents sont invités à ne pas porter leur écharpe tricolore.

"Un symbole des luttes citoyennes"

"Il y aura un grand livre de condoléances ouvert à tous, qui sera ensuite transmis à la famille via son avocat", a indiqué Benoît Hartmann.

Les participants sont invités à arborer via des autocollants ou des feuilles de papier l'image d'une renoncule (à feuilles d'ophioglosse), une fleur dont était spécialiste Rémi Fraisse. "Cela doit être un symbole des luttes citoyennes et de leur parole citoyenne qui n'est pas toujours prise en compte", a-t-il déclaré .

FNE demande "l'abandon" et non la "suspension" du projet

Interrogé sur l'annonce faite vendredi par le Conseil général du Tarn de suspendre, sans préciser combien de temps, les travaux du futur barrage, le responsable de FNE s'est dit "déçu". "Nous sommes déçus car il n'y a pas eu de vote par les élus et qu'il n'y a pas d'abandon du projet", a -t-il réagi. "Nous demandons au président Hollande et au Premier ministre de réunir tous les acteurs du dossier, au niveau local comme national, il faut envoyer un signal politique fort: 'on arrête et on rediscute'".

Au sujet de la réunion annoncée pour mardi par Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, le porte-parole a indiqué que ni les ONG ni le monde agricole n'étaient conviés: "Ce qui est prévu, ce n'est pas une réunion avec tous les acteurs, ce n'est pas une remise à plat, encore moins une concertation". La ministre a annoncé mercredi une réunion à son ministère avec "les parties prenantes" au dossier du barrage tarnais, "les élus en particulier". Outre des élus, des représenants des services de l'Etat et des agences de l'eau sont conviés, a indiqué son cabinet vendredi.

C. P. avec AFP