BFMTV

Paris: après le centre commercial Italie 2, Extinction Rebellion bloque la place du Châtelet

C'est la semaine de la "rébellion internationale" pour Extinction Rebellion, un mouvement non violent voulant des changements radicaux "afin de minimiser le risque d'effondrement écologique".

 Vers C'est le début officiel d'une semaine d'actions et de mobilisation d'Extinction Rebellion (XR), un mouvement voulant "opérer un changement radical afin de minimiser le risque d'effondrement écologique". Le tout dans une "non violence stricte" et dans le respect, promettent-ils. 

Le week-end dernier, en guise "d'avant-première" et de "cérémonie d'ouverture", ils ont investi pendant un peu moins de 20h le centre commercial de la place d'Italie, à Paris. Dimanche, ils se sont réunis au parc de la Villette, dans le nord de la capitale. Ce lundi après-midi, un peu après 15h, c'est la place du Châtelet que les militants d'Extinction Rebellion ont commencé à occuper.

Vers 21h30, les quelques centaines de militants et sympathisants ont commencé à s'y installer pour la nuit, après avoir notamment déployé des tentes.

"Ici on joue"

De nombreux militants se sont notamment assis au niveau du Pont au Change, au coeur de la capitale. Des bottes de paille ont été déployées, certains se sont même allongés sur le bitume. "Ici on se rebelle", "Ici on joue", a lu l'AFP sur des banderoles déroulées sur le pont, où trônait également un bateau bleu aux voiles frappées d'un sablier, symbole de l'urgence écologique et d'Extinction Rebellion. 

Depuis leur arrivée en milieu d'après-midi, les militants ont multiplié les prises de parole, annonçant leur intention de rester sur place jusqu'à mercredi. Plusieurs cordons de policiers ont pris place aux abords du rassemblement. Des "rebelles" embarqués sur un bateau hérissés de drapeau du mouvement, verts et rouges, ont navigué sur la Seine entre le Châtelet et la Tour Eiffel.

Des médiateurs du mouvement, en gilet orange, chargés de maintenir le calme, ont pris place entre les manifestants assis par terre et les forces de l'ordre bloquant l'accès à la rue du Palais de justice.

Une librairie participative s'est également improvisée sur le Pont au Change, a repéré une journaliste de Libération, devant une petite pancarte: "Même les livres sont dans la rue". 

Un espace formation, une assemblée citoyenne et un espace avec des tentes de camping ont aussi été mis en place, rapporte un reporter de L'Obs sur place. 

Liv Audigane