BFMTV

Observatoire, formation des agents: Paris lutte contre les violences LGBTphobes

Le Conseil de Paris avait voté à l'unanimité une série de mesures pour lutter contre les violences LGBTphobes dans la capitale le 14 novembre dernier.

Création d'un observatoire, mise en place de documents non genrés: la mairie de Paris a lancé ce mercredi de nouvelles actions pour lutter contre les actes LGBTphobes, après plusieurs agressions survenues ces derniers mois dans la capitale.

"Il y a quelques mois nous avons tous été choqués par cette recrudescence d'attaques, de propos, de violences homophobes et LGBTphobes", a déclaré la maire de Paris (PS) Anne Hidalgo, en conférence de presse.

100.000 euros d'aides supplémentaires

Si dans les faits, les chiffres d'agressions semblent évoluer à la baisse (74 actes homophobes de janvier à septembre, contre 118 en 2017, selon la préfecture de police), ce sont surtout les photos des victimes publiées qui ont suscité l'émoi.

Après avoir rencontré les différentes parties (associations, parquet, préfecture de police) fin octobre, la Ville a présenté son plan de lutte qui prévoit notamment le versement de 100.000 euros d'aides supplémentaires dès la fin de l'année.

Parmi les actions définies, la maire PS de Paris Anne Hidalgo demande à l'exécutif de faire en sorte que "la lutte contre le sexisme et les LGBTphobie (soit) la grande cause nationale de l'année 2019", et à la préfecture de police de permettre à la GayPride de défiler sur les Champs-Elysées l'an prochain.

Saisir le ministère de l'Intérieur

"Sensibiliser policiers et gendarmes" pour l'accueil de victimes, "faciliter les changements d'identité" pour les transsexuelles, contraindre les personnes condamnées pour homophobie à effectuer des travaux d'intérêt général dans les associations LGBTQI+ par exemple, ou assurer des "campagnes de communication dans les transports en commun": le plan d'actions est vaste, et relève parfois des compétences de ministères.

En ce sens, la maire de Paris doit saisir prochainement le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, selon son entourage.

Mais à Paris même, la mise en place d'un observatoire doit permettre de réunir régulièrement les acteurs (parquet, préfecture de police, défenseur des droits, entre autres) et les associations pour suivre "la vie des personnes LGBTQI+" et adapter les mesures.

"Un plan qui va loin"

"On est en retard, c'est un fait. Ca a longtemps été un non-sujet pour les pouvoirs publics", regrette auprès de l'AFP Mickaël Bucheron, président de Flag!, qui salue un "plan qui va loin. Reste à le mettre en oeuvre de façon efficace et efficiente".

"C'est important de cibler aussi le grand public et de mettre en place des campagnes dans les transports en commun, notamment sur la diversité des familles", souligne Sylvie Gras, déléguée SOS Homophobie en Ile-de-France, inquiète "du report du débat sur la PMA (Procréation médicalement assistée)".

Un regret partagé par Anne Hidalgo, pour qui un nouveau report risque d'entraîner "une mobilisation" contre la PMA et "des agressions, de l'agressivité et un déversement de haine".

Après le meurtre au bois de Boulogne cet été d'une prostituée transgenre, la mairie a annoncé qu'elle veillerait à "renforcer la visibilité des transsexuelles dans (sa) communication".

"Tous les publics dont les agents en mairie, dans les écoles... doivent être sensibilisés à la problématique des trans", selon Virginie Combe, de l'Inter-LGBT, qui salue la "mise en place de documents non genrés".

M. F. avec AFP