BFMTV

Nice: les traminots offrent un an de RTT à un de leurs collègues

Le tramway à Nice (image d'illustration).

Le tramway à Nice (image d'illustration). - Valery Hache - AFP

VIDEO - Les employés du réseau de bus et de tramway de Nice ont récolté 362 jours de RTT et les ont offerts à l'un de leurs collègues pour qu'il puisse s'occuper de sa femme malade sur le point d'accoucher.

Les employés du réseau de bus et de tramway de Nice ont offert à l'un de leurs collègues un an de RTT pour qu'il puisse s'occuper de sa femme malade sur le point d'accoucher, a-t-on appris dimanche auprès de l'intéressé.

"Je n'étais même pas au courant de la démarche. C'est l'un de mes collègues et amis qui s'est renseigné et qui en a pris l'initiative", a indiqué Karim Zaouai, 32 ans, chauffeur de bus depuis deux ans, confirmant une information du quotidien Nice-Matin.

"J'en informe la presse pour les remercier"

"Si j'en informe la presse, c'est avant tout pour les remercier et pour que, dans d'autres entreprises, des gens qui, eux aussi, ont de graves problèmes puissent en bénéficier à leur tour", a ajouté Karim Zaouai.

Déjà mère d'une fillette de 8 ans, Carine, la compagne de Karim Zaouai, devrait accoucher par césarienne le 17 novembre d'un petit garçon. Mais, victime en juillet dernier d'une hémorragie cérébrale due à une malformation, la jeune femme de 29 ans reste depuis hospitalisée. "Elle doit aujourd'hui réapprendre à marcher et elle aura besoin d'être accompagnée en permanence quand elle rentrera à la maison avec le bébé", a poursuivi Karim Zaouai.

Elan de solidarité

Ses collègues traminots ont récolté au total 362 jours de RTT en l'espace d'une semaine et l'élan de solidarité a été tel que la démarche a même due être interrompue. Plus de 200 salariés ont, au total, souscrit anonymement à ce don. "Mon objectif n'est pas d'utiliser tous ces jours de RTT, j'espère que dès janvier ou février je pourrais reprendre une vie normale", a toutefois précisé l'employé de la Régie Lignes d'Azur.

Le don de RTT est autorisé, avec l'accord de l'employeur, depuis une loi votée fin avril. Ce texte vise "à permettre aux familles traversant des moments de grande douleur de concilier leur vie professionnelle avec les évènements les plus tragiques de l'existence que sont la maladie et la perte d'un enfant".

V.R. avec AFP