BFMTV

"Navetteurs", ils ont fait le choix de vivre en province tout en travaillant à Paris

Alors qu'à moins d'une heure de Paris les surfaces d'habitation peuvent être multipliées par 7 pour le même prix, ils sont nombreux à faire le choix de vivre en province tout en travaillant dans la capitale. BFM Paris a rencontré l'un de ces "navetteurs", en transit quotidien entre Châlons-en-Champagne et Paris.

Karim est un "navetteur", l'un de ces travailleurs parisiens à avoir fait le choix de vivre en province. Chaque soir, ce sont presque 2 heures de trajet qui l'attendent pour rejoindre son domicile situé dans la Marne à Châlons-en-Champagne, à plus de 160 km de Paris. Depuis Montreuil il emprunte le métro jusqu'à gare de l'Est puis le TGV. 

"De porte à porte je mets 1h40, il y a 1h05 de TGV et 30 minutes de métro", détaille Karim. 

Mais travailler à Paris tout en habitant en province nécessite un peu d'anticipation et des plans B pour éviter la galère. 

"Je ne prends généralement pas le dernier train, je laisse des trains après. Ensuite le deuxième plan B c'est de faire 1 à 2 jours de télétravail, ce qui m'évite environ 4 heures de transport une fois par semaine, ce qui représente une demi journée de travail", explique-t-il. 

Le prix du logement, principale motivation 

Habiter en-dehors de la région parisienne, ce choix de vie est plébiscité par de plus en plus de travailleurs parisiens. Dans le TGV entre Paris et Châlons, les navetteurs sont nombreux à avoir adopté ce mode de vie avec un atout principal: le prix des logements. 

"Je paye 400 euros de loyer sur Châlons et je me dis que pour 400 euros sur Paris je ne sais même pas si j'aurais un studio", constate l'un d'entre eux. "J'habite une grande maison de plus de 200 m2 avec piscine sur un terrain de 4.000 m2. Pour 1.500 euros par mois, qu'est-ce que j'aurais à Paris?", questionne un autre. 

Avec des prix au m2 qui dépassent les 10.000 euros et des loyers toujours plus élevés, le calcul est vite fait. Selon une étude de MeilleursAgents, en s'éloignant d'une de train de Paris on peut multiplier sa surface d'habitation par 7. Pour l'équivalent d'un 22 m2 à Paris pour un budget de 215.000 euros, on peut par exemple s'offrir un 146 m2 à Vendôme dans le Loir-et-Cher, un 145 m2 au Mans dans la Sarthe ou encore 107 m2 à Reims. 

Si des économies sont réalisées sur le prix du logement, le prix du train peut représenter un poste de dépense important avec jusqu'à 600 euros par mois. Toutefois, les entreprises ont une obligation de prise en charge de la moitié des frais d'abonnement, même pour des trajets de grande distance.

Margaux Boddaert, Ryad Maouche avec Carole Blanchard