BFMTV

Monument d’hommage aux victimes du 13 novembre: une association regrette d’être écartée du projet

Le 13 novembre 2015, 130 personnes ont été tuées dans les attentats de Paris et Saint-Denis.

Le 13 novembre 2015, 130 personnes ont été tuées dans les attentats de Paris et Saint-Denis. - Bertrand Guay - AFP

L’association Génération Bataclan qui rassemble des citoyens déplore avoir été écartée d’un projet de monument en hommage aux victimes des attentats de Paris. La Ville de Paris a annoncé la construction de ce mémorial en lien avec les deux associations de victimes officiellement reconnues.

La mairie de Paris prévoit son inauguration le 13 novembre 2017. Si ce monument n'en est encore qu'au stade du projet, la municipalité a fait part de sa volonté fin octobre de construire un "monument mémoriel unique". Une construction à laquelle la Ville a décidé d'associer les deux associations d'aide aux victimes: Life for Paris et 13 novembre: Fraternité et Vérité.

Mais avec ce projet, Génération Bataclan, une association d'initiative citoyenne s'estime exclue par la mairie de Paris. Créée dans le but de former des projets rendant hommage aux victimes du 13 novembre 2015, l'association avait lancé peu après les attentats une cagnotte. Avec cette cagnotte, Génération Bataclan souhaitait faire ériger un monument commémoratif grâce aux dons. L'association qui a jusqu'alors récolté 13.000 euros a aussi lancé un appel à projet quant au choix du monument. En tout, 54 projets ont été proposés et soumis au vote des internautes. Un travail qui n'a pas rencontré l'appui escompté.

"Nous n'avons pas réussi à installer un dialogue avec les deux associations qui sont aidées par la mairie de Paris, et les gens sont partis en disant des horreurs sur nous alors qu'on ne fait pas ça pour gagner de l'argent ou pour être reconnus, mais pour être solidaires des familles de victimes", explique sur RTL Olivier Legrand, le fondateur de Génération Bataclan. 

Un consensus possible?

Ce mardi, la municipalité a réagi écartant toute "polémique" ou "tentatives de récupération". Pour la municipalité, le choix de s'associer uniquement à Life for Paris et 13 novembre: Fraternité et Vérité se justifie par le fait qu'elles sont les "seules légitimes à parler au nom des familles et des rescapés", rapporte Le Parisien. La Ville demande également à Génération Bataclan de "respecter ces deux associations".

"Si les initiatives citoyennes ont tout à fait leur place dans le travail de mémoire, elles ne peuvent être conduites sans associer et tenir compte de l'avis de Life for Paris et 13 novembre: Fraternité et Vérité, poursuit la municipalité. 

Olivier Legrand qui explique que les membres de son association "pas directement impliqués dans les attentats" ont été "touchés par ce qu'il s'est passé" réitère sa volonté d'attribuer les dons à un monument d'hommage. Sur RTL, il espère "un consensus avec tout le monde".

C. B