BFMTV

Meurthe-et-Moselle: un maire en colère rapporte les déchets sauvages de ses habitants dans leur jardin

Jean-Pierre Dessein et son adjoint à la sécurité en train de ramener les plaques dans le jardin des habitants.

Jean-Pierre Dessein et son adjoint à la sécurité en train de ramener les plaques dans le jardin des habitants. - Jean-Pierre Dessein - Facebook

Exaspéré par les dépôts sauvages, le maire de la petite commune d'Art-sur-Meurthe, Jean-Pierre Dessein, a décidé de prendre le taureau par les cornes et de ramener lui-même les détritus à ses propriétaires.

Les dépôts sauvages sur les trottoirs de sa ville, le maire d'une petite commune de Meurthe-et-Moselle n'en peut plus. Alors il n'a pas pris de gants, lundi, pour le faire savoir aux habitants concernés. Le maire d'Art-sur-Meurthe, près de Nancy, s'est filmé en train de rapporter la douzaine de plaques en bois qu'ils avaient abandonnées près d'un conteneur enterré... en les lançant dans leur jardin par-dessus la clôture.

Dans cette courte vidéo publiée lundi sur son compte Facebook, on peut apercevoir l'élu et son adjoint à la sécurité en train de se saisir de grandes plaques en bois blanc, puis les jeter par-dessus la clôture d'un jardin. "On avait prévenu", écrit sur le réseau social Jean-Pierre Dessein, particulièrement en colère. "Avis aux contrevenants, si vous êtes identifié, ce sera 'retour à l’envoyeur!'"

"Ce n'est pas un problème nouveau"

Ce qui s'est passé, raconte à BFMTV.com Jean-Pierre Dessein, c'est que "deux jeunes adjoints à la municipalité étaient en train de faire leur jogging dans les parages de cette maison lorsqu'ils ont vu un couple abandonner des planches à côté d'un conteneur enterré récemment mis en place par la commune".

"Mes élus ont pu voir de leurs yeux qui avait déposé ces planches, et ils m'ont tout de suite appelé car ce n'est pas un problème nouveau dans la commune", tonne Jean-Pierre Dessein. Une fois sur place, "j'ai cherché à interpeller le couple qui se trouvait chez lui mais aucun des deux ne daignait répondre, "raconte le maire d'Art-sur-Meurthe. "Alors j'ai pris les planches, j'ai demandé à mes élus de filmer pour avoir des preuves et qu'on ne nous accuse pas d'avoir abîmé quoi que ce soit, et je les ai retournées à l'envoyeur".

"Ça les a fait réagir", se félicite l'élu, "et ils ont tout de suite reconnu que les planches leur appartenaient, mais ils ont plaidé qu'ils ignoraient qu'ils n'avaient pas le droit de les déposer là. Or ça, je ne veux pas l'entendre", poursuit-il.

Pneus, gravas de chantier ou pots de peinture

"Ça fait des mois que j'alerte la population, notamment dans ce quartier, sur ce phénomène. De manière générale on retrouve régulièrement toutes sortes de déchets sur les trottoirs: des pneus de camions, des meubles, des cartons, des gravas de chantier..."

"La semaine dernière déjà, j'étais en colère parce que nous avons retrouvé un pot de peinture renversé au sol sur un trottoir... Il y en avait partout! Or nous sommes une petite commune d'à peine 1700 habitants, nous n'avons que deux agents municipaux.... Alors quand ils perdent leur temps à gratter la peinture au sol, ils ne peuvent rien faire d'autre", s'agaçe encore l'élu.

"Nous avons jusqu'alors fait preuve de beaucoup de pédagogie, mais là c'est trop", poursuit Jean-Pierre Dessein, qui affirme que la déchetterie ne se trouve qu'à 6km maximum de ce quartier. "Il n'y a pas d'excuses: les gens doivent savoir que je n'hésiterai plus à faire usage de ces méthodes radicales."

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV