BFMTV

Massacre d'Oradour-sur-Glane : un octogénaire inculpé 70 ans après

-

- - -

La justice allemande a inculpé un homme de 88 ans pour meurtre et complicité de meurtre lors du massacre d'Oradour-sur-Glane. 642 civils avaient été tués, le 10 juin 1944 dans ce village du centre de la France.

Un homme de 88 ans a été inculpé pour meurtre et complicité de meurtre lors du massacre d'Oradour-sur-Glane, le pire commis en France par l'armée nazie durant la Seconde Guerre mondiale, a annoncé mercredi la justice allemande. Il est pour l'instant incertain que le procès puisse avoir lieu.

L'homme, qui avait 19 ans au moment des faits, est accusé du meurtre "collectif de 25 personnes et de complicité de meurtre sur plusieurs centaines d'autres personnes", a annoncé le tribunal de Cologne (Ouest) dans un communiqué.

Le retraité, qui vit dans les environs de Cologne, faisait partie du régiment Der Führer de la division blindée SS Das Reich qui a exécuté méthodiquement 642 civils dans le village du centre de la France le 10 juin 1944.

Cinq autres personnes dans le viseur de la justice

L'octogénaire est plus précisément accusé d'avoir tué, avec d'autres membres du régiment, 25 hommes qui avaient été abattus dans une grange à la mitrailleuse. L'accusé se serait ensuite rendu à l'église d'Oradour où étaient regroupés plusieurs centaines de femmes et d'enfants qui ont été massacrés à l'aide d'explosifs, de grenades, d'armes automatiques, avant que l'église soit brûlée à son tour, a poursuivi le tribunal. Il serait complice de cette tuerie, car il aurait "assuré une garde à proximité de l'église" et il y aurait peut-être même transporté du combustible, a détaillé le tribunal.

C'est l'Office central chargé d'enquêter sur les crimes nazis, situé à Dortmund (ouest), qui a pris la décision d'inculper l'octogénaire. Cinq autres personnes sont dans son viseur pour ces mêmes faits.

La justice allemande avait ouvert en octobre 2010 une nouvelle procédure judiciaire sur le massacre d'Oradour-sur-Glane. Le parquet avait indiqué précédemment qu'elle devrait aboutir en 2014, soit 70 ans après les faits.

La rédaction