BFMTV

Sivens: les agriculteurs furieux contre "Ségolène (la) girouette"

Des agriculteurs opposés à la suspension des travaux du barrage de Sivens manifestent à Albi, le 15 novembre dernier.

Des agriculteurs opposés à la suspension des travaux du barrage de Sivens manifestent à Albi, le 15 novembre dernier. - Eric Cabanis - AFP

Alors que la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a entamé des réunions séparées avec les différents acteurs concernés par le dossier controversé de Sivens, des agriculteurs pro-barrage ont crié leur colère, jeudi, dans les rues d'Albi. "Ségo girouette, zadistes djihadistes, paysans en colère", pouvait-on lire, entre autres, sur leurs pancartes.

Ils sont très remontés. Quelque 200 agriculteurs du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont manifesté jeudi contre le blocage du projet de barrage de Sivens, dont le site est toujours occupé par plusieurs dizaines d'écologistes, a-t-on appris de sources concordantes.

Des opposants au barrage ont estimé de leur côté que cette manifestation montrait que la FNSEA "refusait de conclure un compromis" souhaité par la ministre de l'Écologie Ségolène Royal pour trouver une alternative au projet contesté.

Mobilisation importante des gendarmes

D'importantes forces de gendarmerie, 250 hommes environ, selon le groupement de gendarmerie du Tarn, ont évité tout contact entre les agriculteurs de la FNSEA et les "zadistes".

Ces écologistes, plusieurs dizaines de personnes, occupent le chantier depuis des mois, et en particulier depuis la suspension des travaux après le décès le 26 octobre de l'écologiste Rémi Fraisse, tué au cours d'affrontements sur le site par une grenade offensive de la gendarmerie.

Circulation bloquée et lisier déversé

Une soixantaine d'agriculteurs avec une vingtaine de tracteurs sont restés aux abords du site entre 15h et 17h avant de quitter les lieux sans incident, tout en arrosant un rond-point de lisier.

"Ils ont d'abord bloqué la circulation, ils ont essayé de rentrer dans les bois, ils étaient déterminés, mais ils ont été stoppés au niveau des limites fixées" par les forces de l'ordre, a expliqué le Lieutenant-Colonel Renier, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn. L'un des zadistes, Sylvain, interrogé par téléphone, a d'ailleurs déclaré: "Je ne les ai pas entendus, ils étaient loin de l'autre côté de la zone".

"Ségo girouette, zadistes djihadistes, paysans en colère"

La manifestation était partie le matin de Saint-Nauphary, dans le Tarn-et-Garonne, à moins d'une quarantaine de kilomètres de Sivens. Sur leurs tracteurs, des banderoles affichaient: "Ségo girouette, zadiste djihadiste, paysans en colère" .

"Cette manifestation montre que les agriculteurs refusent de faire un compromis, cela peut expliquer l'annulation de dernière minute à l'initiative du ministère d'une réunion de travail des différentes parties sur les solutions alternatives au barrage", a estimé Ben Lefetey porte-parole du "collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet".

C. P. avec AFP