BFMTV

Pyramide de chaussures à Paris contre les mines anti-personnel

Handicap international invite ce week end les Parisiens et habitants d'une trentaine de villes en France à jeter leurs chaussures pour former une pyramide, pour sensibiliser l'opinion publique à propos des mines antipersonnel.

Handicap international invite ce week end les Parisiens et habitants d'une trentaine de villes en France à jeter leurs chaussures pour former une pyramide, pour sensibiliser l'opinion publique à propos des mines antipersonnel. - -

Pour la 19e année consécutive, Handicap international invite les Parisiens et habitants d'une trentaine de villes en France à jeter leurs chaussures pour former une pyramide, pour sensibiliser l'opinion publique à propos des mines antipersonnel et bombes à sous-munitions.

Chaussons, bottines et tennis s'accumulaient samedi place de la Bastille à Paris en soutien à l'association Handicap International contre les mines antipersonnel et bombes à sous-munitions qui continuent à tuer et mutiler dans le monde.

L’ONG estime que 80 pays sont pollués par les mines antipersonnel et les BASM, au premier rang desquels l'Irak, le Cambodge et le Laos. L'ONG compte intervenir en Syrie dès que les conditions seront réunies pour déminer les terrains et informer les populations, comme elle le fait actuellement en Libye, depuis la chute du régime de Kadhafi.

"Lorsque vous rentrez chez vous, l'un de vos fils a été tué"

Un Libanais, dont le fils a perdu la vie, il y a une douzaine d'années, en marchant sur une mine le jour de ses 5 ans, est venu du Liban pour participer à l'opération. "Vous emmenez vos deux fils dans un jardin public, c'est un jour spécial car c'est l'anniversaire de l'un d'entre-eux, et lorsque vous rentrez chez vous, l'un de vos fils a été tué", témoigne-t-il. "Même si la guerre est finie, les mines restent pour des générations", a-t-il dénoncé, plaidant pour renforcer les traités internationaux interdisant ces armes.

Des centaines de paires de chaussures sont accumulée, pour représenter autant de pieds, de jambes ou de vies, détruites par les mines antipersonnel. Cette 19e édition des pyramides de chaussures trouve d’autant plus d’écho, qu'elle se tient en plein conflit syrien.

 "On a parlé des armes chimiques, mais il y a aussi usage de bombes à sous-munitions, qui aujourd'hui doivent être complètement interdites", souligne Jean-Marc Boivin, directeur général de Handicap International.

M.R. avec Cécilia Chaumont et Ophélie Giomataris