BFMTV
Manifestations

Médecins : et maintenant la "grève de la carte vitale"?

En n'acceptant plus la carte vitale, les délais de remboursement se verraient allongés.

En n'acceptant plus la carte vitale, les délais de remboursement se verraient allongés. - Philippe Huguen - AFP

Le mouvement des médecins pourrait se prolonger après le 31 décembre. Si c'est le cas, les praticiens envisagent de nouvelles formes de protestation dont la "grève de la carte vitale". Obligeant au grand retour des feuilles d'assurance maladie.

Les médecins libéraux ne relâchent pas la pression sur la ministre de la Santé. Opposés au projet de loi Santé qui doit être présenté par Marisol Touraine devant l'Assemblée au printemps prochain, ils s'opposent, notamment, à la généralisation du tiers-payant, les faisant craindre une accumulation des démarches administratives.

Après la fermeture des cabinets, les médecins libéraux envisagent de nouvelles formes de protestations comme une grève administrative. Une pratique qui pourrait s'étendre sur le long terme alors que depuis quelques jours, les syndicats de généralistes et spécialistes laissent entendre qu'il pourrait faire durer leur mouvement, entamé le 24 décembre, bien après le 31 décembre. Lundi, le syndicat MG-France a déjà appelé ses membres à fermer leur cabinet les 5 et 6 janvier.

Remboursement plus long pour les patients

En pratique, cette grève administrative se traduirait par un refus de la carte vitale et donc un retour systématique de la feuille de soins marron qu'il faut envoyer par courrier à l'Assurance maladie. Concrètement pour les patients, cela signifierait plus de paperasse et surtout un allongement des délais de remboursement.

"Nous n'avons que quelques leviers de pression, et malheureusement celui-ci en fait partie, concède Karim Kitouni, médecin généraliste à Clamart dans les Hauts-de-Seine, sur BFMTV. Nous allons revenir 15 ans en arrière, ce qu'il se passait depuis la fin de la seconde guerre mondiale c'est-à-dire envoyer une feuille de papier à la Sécurité sociale, ce qui ne gênait personne."

Les patients les plus pauvres pas concernés

En pratiquant cette "grève de la carte vitale", les médecins libéraux entendent engorger les services de la Sécurité sociale. "Puisque l'on veut noyer les médecins sous la paperasse avec le tiers payant généralisé, ça va être la réponse du berger à la bergère, qui devrait fortement perturber la sécurité sociale", détaille Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, sur Europe 1.

De son côté Marisol Touraine demande aux médecins libéraux de prendre leurs responsabilités."Qui serait pénalisé? Les patients", alerte la ministre de la Santé sur BFMTV. "Les feuilles de soins demandent du temps pour être traitées et aujourd'hui on voit qu'il y a des écarts très importants. Le remboursement, lorsqu'il y a la carte vitale, intervient en quelques jours, en beaucoup plus longtemps lorsqu'il s'agit de la feuille de soin." 

"Je souhaite donc que chacun mesure les conséquences que cela aurait pour les patients", a-t-elle ajouté.

Mais même si cette mesure était appliquée, les syndicats assurent qu'elle ne concernerait pas les patients les plus pauvres. "Bien sûr, on n’appliquerait pas cette grève aux plus fragiles", conclut Jean-Paul Hamon. "Si on ne le faisait que pour 50 % de nos patients, ce serait déjà très compliqué pour l’Assurance maladie." 

Justine Chevalier avec Margaux de Frouville