BFMTV

Manif pour Tous: des milliers de personnes défilent à Versailles

Des enfants scandant des slogans durant la manifestation, dimanche, à Versailles.

Des enfants scandant des slogans durant la manifestation, dimanche, à Versailles. - -

Les manifestants reprochent au gouvernement d'agir contre "l'intérêt des familles", et dénoncent pêle-mêle "la PMA, la GPA, le matraquage fiscal" ou encore la loi Taubira.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche après-midi dans les rues de Versailles à l'appel de la Manif pour tous pour dénoncer "la familiphobie du gouvernement". Selon la police, la manifestation a mobilisé environ 6.000 personnes. Les organisateurs avancent, eux, le chiffre de 30.000 participants.

Le cortège, garni de ballons et drapeaux bleus et roses, ainsi que de bonnets roses, s'est élancé peu après 15h30, derrière une banderole portant l'inscription "Familles attaquées = société en danger". "Même si le gouvernement avance plus ou moins masqué, il y a une attaque systématique à l'égard des familles", affirme une porte-parole de la Manif pour tous.

Elle critique, pêle-mêle, "le déploiement d'une idéologie du genre à l'école, la déconstruction de la filiation biologique pour une filiation sociale avec la PMA -procréation médicalement assistée- et la GPA -gestation pour autrui-, le matraquage fiscal" infligé aux familles et "la réduction du congé parental". "La loi Taubira -dont le mouvement continue à demander l'abrogation- a été l'élément déclencheur. Le socle de notre mobilisation reste la famille, au sens large."

Valérie Pécresse en tête du cortège

"La famille en France, c'est une valeur plus que partout ailleurs", a lancé en amont du défilé Valérie Pécresse, députée UMP des Yvelines, en présence d'autre élus locaux, le député UMP Jean-Frédéric Poisson et les maires de Versailles et du Chesnay. Deux autres faibles manifestations ont eu lieu à Blois et Montpellier. Les noms de Christiane Taubira et de Najat Vallaud-Belkacem ont été copieusement sifflés.

Dans ces deux villes, deux modestes contre-manifestations se sont déroulées en marge des cortèges, rassemblant respectivement une cinquantaine et une centaine de personnes. A Montpellier, quelques banderoles proclamaient par exemple: "Ce qui est contre nature, c'est de se battre contre les droits des autres".

L'Avenir pour tous, lancé en mai par Frigide Barjot qui a pris ses distances avec la Manif pour tous, avait appelé vendredi dans un communiqué "à ne pas se rendre aux manifestations".

A. G. avec AFP