BFMTV

JO de Sotchi: appel à manifester contre la discrimination "anti-gay" en Russie

Une manifestation à Madrid en septembre 2013 pour les droits LGBT en Russie.

Une manifestation à Madrid en septembre 2013 pour les droits LGBT en Russie. - -

Un appel à manifester "pour dénoncer les lois russes anti-gays" a été lancé à quelques jours des Jeux olympiques de Sotchi, en Russie. Une manifestation aura lieu le mercredi 5 février à Paris, comme dans de nombreuses autres villes dans le monde.

Des manifestations seront organisées "partout dans le monde", dont Saint-Pétersbourg et Sotchi en Russie, pour dénoncer "ces lois qui violent l'esprit du 'Principe 6' de la charte olympique" sur la non-discrimination des athlètes, indique All Out, une organisation internationale de défense des droits des homosexuels.

Les manifestants sont invités à s'habiller de rouge, en scandant des slogans tels que "Article 6, le sport ne discrimine pas" et "Russie nous sommes avec vous, Non aux lois anti-gays".

All Out dénonce par ailleurs les sponsors comme McDonald's, Coca-Cola ou Visa "qui ont refusé de s'attaquer à ces lois et de faire pression sur le CIO [Comité international olympique, NDLR]" pour qu'il fasse de même.

Principe 6 de charte olympique: pas de discrimination

All Out et l'association Athlete Ally, qui se bat contre l'homophobie dans le sport, ont lancé ces derniers mois la campagne "Principe 6" pour appeler à l'abrogation "des lois russes anti-gays" avant l'ouverture des jeux 2014 à Sotchi.

Une pétition demandant au CIO de faire respecter ce principe par le gouvernement russe a notamment été signée par une cinquantaine d'athlètes, dont les ex-champions de tennis Martina Navratilova et Andy Roddick ainsi que, parmi les sportifs se rendant à Sotchi, les Australiens Belle Brockhoff (snowboard) et Heath Spence (bobsleigh), et les Canadiens Mike Janyk (ski alpin) et Alex Duckworth (snowboard).

Le Principe 6 de la charte olympique stipule que "toute forme de discrimination à l'égard d'un pays ou d'une personne fondée sur des considérations de race, de religion, de politique, de sexe ou autres est incompatible avec l'appartenance au Mouvement olympique".

Droits LGBT: "Sotchi est l'occasion de soulever la question"

L'organisation Human Rights First a pour sa part annoncé jeudi que ses représentants se trouveraient à Sotchi entre le 7 et le 10 février.

Ils seront sur place afin d'aider la communauté gay, lesbienne, bi et transgenre (LGBT) russe "à mieux vivre". "Sotchi est l'occasion de soulever la question mais ce n'est simplement pas la fin de l'histoire pour nous en ce qui concerne notre travail en Russie", a assuré Shawn Gaylord, l'un de ses responsables.

Les voix se sont élevées du monde entier contre un texte promulgué en juin dernier en Russie punissant la "propagande" homosexuelle devant mineurs de peines d'amende et de prison. Le président russe Vladimir Poutine avait réaffirmé en janvier que les homosexuels n'auraient rien à craindre aux JO de Sotchi.

M. P. avec AFP