BFMTV

Défilés du 1er mai: faible mobilisation, 18 interpellations et 2 blessés légers

70.000 personnes ont défilé ce 1er mai à Paris selon la CGT

70.000 personnes ont défilé ce 1er mai à Paris selon la CGT - ALAIN JOCARD - AFP

Le 1er mai placé sous le signe de la lutte contre le projet de loi travail a rassemblé dimanche 84.000 personnes en France, selon les autorités, avec des incidents à Paris, qui ont fait deux blessés légers.

Plus de 280 manifestations ont été recensées. Le ministre de l'Intérieur a annoncé dimanche soir que dix-huit personnes avaient été interpellées en France dimanche en marge des défilés de la fête du travail. Dans le même communiqué, il a précisé que les rassemblements "se sont pour la plupart déroulés dans de bonnes conditions".

"Des incidents inacceptables se sont néanmoins produits à Paris de la part d'une minorité marginale et violente", blessant légèrement un policier et un manifestant, a ajouté Bernard Cazeneuve. Les casseurs impliqués "ont été maîtrisés, la dispersion est désormais achevée place de la Nation".

84.000 personnes

Environ 84.000 personnes ont participé ce dimanche en France aux traditionnels défilés du 1er Mai, placés cette année sous le signe de la lutte contre le projet de loi travail, a annoncé le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Entre 16.000 et 17.000 personnes ont participé à la manifestation parisienne, émaillée d'incidents dus à la présence de quelque "300 individus violents", avait annoncé un peu plus tôt la préfecture de police de Paris. Hors Paris, 67.000 personnes ont participé à 281 défilés et rassemblements, a détaillé à le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

Selon la préfecture de police, le défilé parisien a rassemblé 16.000 à 17.000 participants, 70.000 selon la CGT, qui ont marché à l'appel de sept syndicats de salariés et de jeunes: FO, CGT, FSU, Solidaires, Unef, FIDL et UNL. Pour ces manifestants, le mot d'ordre principal était: "Retrait de la loi travail!", un slogan qui a également rythmé les défilés en province, généralement calmes, à Strasbourg, Toulouse, Lyon, Limoges ou Lille. A Marseille au moins quatre personnes ont été placées en garde à vue en marge de la manifestation, et à Rennes, plusieurs centaines de jeunes ont envahi un cinéma.

C.L avec AFP