BFMTV

48% des Français soutiennent la mobilisation contre la loi Travail

Manifestation contre la loi Travail à Paris, le 17 mai 2016.

Manifestation contre la loi Travail à Paris, le 17 mai 2016. - Thomas Samson - AFP

48% des Français, soit une relative majorité, soutiennent ou ont de la sympathie pour la mobilisation contre la loi Travail, selon le sondage Elabe pour BFMTV. En revanche, près de 3 Français sur 4 (74%) jugent que le gouvernement n’est pas assez ferme vis-à-vis des casseurs.

Une journée d'action mardi et une autre prévue jeudi, qui sera la septième en un peu plus de deux mois... Les opposants à la loi Travail de Myriam El Khomri ne désarment pas. Et ils bénéficient du soutien (27%) ou de la sympathie (21%) de 48% des Français, soit une majorité relative, contre 36% des Français qui s'y opposent (21%) ou y sont hostiles (15%), et 16% qui y sont indifférents, selon un sondage Elabe pour BFMTV. 

L'opposition et l'hostilité en nette hausse

Toutefois, la part de répondants qui expriment leur sympathie à l'égard des manifestants est en légère baisse (-2 points) depuis le sondage Elabe pour BFMTV réalisé le 8 et 9 mars 2016 à propos de la mobilisation du 9 mars contre la loi El Khomri. Et l’indifférence baisse sensiblement (-9 points) au profit d’une nette progression de l’opposition ou de l’hostilité (+11 points).

"La montée des actes de violences et de vandalisme en marge des mobilisations semblent avoir fait basculer une certaine indifférence à la mobilisation en une opposition ou hostilité", décrypte Yves-Marie Cann, directeur des études politiques chez Elabe.

Dans le détail, seule la catégorie des 65 ans et plus exprime clairement son hostilité envers la mobilisation (à 54%, contre 38% de soutien/sympathie). S'agissant des catégories socio-professionnelles, les professions intermédiaires et les ouvriers sont ceux qui expriment le plus fréquemment leur soutien ou leur sympathie à l’égard de la mobilisation, alors que les cadres et les retraités y sont majoritairement opposés ou hostiles.

Par ailleurs, les sympathisants de la gauche dans leur ensemble expriment majoritairement leur soutien ou leur sympathie (54%) à l'égard de la mobilisation, de même que les sympathisants FN (52%). A noter aussi: parmi les sympathisants de gauche, ceux du Parti socialiste apparaissent plus partagés avec une proportion quasiment identique de soutien/sympathie (44%) et d’opposition/hostilité (43%). Quant aux sympathisants de la droite et du centre, ils sont majoritairement opposés ou hostiles à la mobilisation (52%). 

74% voient un manque de fermeté contre les casseurs

Autre enseignement de cette enquête d'opinion, 74% des Français jugent que le gouvernement n’est pas assez ferme vis-à-vis des auteurs des actes de violence et de vandalisme qui perturbent les manifestations contre la loi Travail: 37% pensent que le gouvernement n'est "certainement pas assez ferme" et 37% pensent qu'il ne l'est "pas vraiment", contre 26% estimant qu’il est assez ferme. 

"Hormis les sympathisants EELV qui se montrent très partagés, tous les segments politiques considèrent que le gouvernement n’est pas assez ferme", souligne Yves-Marie Cann. 

Enfin, pour 73% des Français, les députés socialistes "frondeurs" ayant signé une motion de censure contre le gouvernement ne doivent pas être exclus du Parti socialiste. Cet avis est majoritairement partagé au sein de tous les segments politiques: c'est le cas de 83% des sympathisants FN, 71% des sympathisants de la droite et du centre et 67% des sympathisants de la gauche (et parmi eux, de 59% de sympathisants PS).

A l’inverse, seuls 27% pensent que les frondeurs doivent être exclus du PS, dont 11% de "oui, tout à fait".

Sondage réalisé par Internet les 17 et 18 mai 2016 auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

V.R.