BFMTV

Lyon: la CGT alerte sur les conditions de réouverture du centre commercial de la Part-Dieu

Le centre commercial de la Part-Dieu durant la crise sanitaire.

Le centre commercial de la Part-Dieu durant la crise sanitaire. - JEFF PACHOUD / AFP

Dans un communiqué, le syndicat dénonce une réouverture précipitée du centre commercial et le manque de précautions sanitaires.

"L'urgence économique ne doit pas écraser l'urgence sanitaire!" Dans un communiqué publié ce vendredi, la CGT alerte sur les conditions de réouverture du centre commercial de la Part-Dieu depuis le week-end dernier. 

"Cette réouverture anticipée et précipitée, qui a surpris de nombreux responsables de boutiques n'a pas permis de mettre en place les mesures sanitaires indispensables afin de protéger les salariés et les clients", affirme le syndicat. Et de pointer le nombre de clients "impressionnant, sans masque, sans respect de la distanciation physique", samedi dernier. 

Question sur la climatisation

Le syndicat demande notamment l'obligation du port du masque, d'une jauge maximum de clients et un service d'hygiène dans le centre. Il s'interroge également sur les travaux réalisés sur la climatisation "qui nous le savons est une source de contamination". 

Par ailleurs, le syndicat s'étonne du volte-face réalisé par le préfet sur la réouverture du centre, qui accueille 3800 salariés au total. Le préfet avait autorisé le centre à rouvrir, au lendemain d'une décision du juge des référés qui confirmait l'arrêté de la préfecture du Rhône maintenant le centre fermé jusqu'au 10 juillet. 

"Nous savons que les pressions d'ordre politique et économiques ont été fortes, notamment de la part du bailleur du Centre et du syndicats de commerçants", assure la CGT. 

Dans un communiqué, la direction du centre commercial assure pour sa part avoir "travaillé étroitement avec les autorités préfectorales pour permettre cette réouverture dans les meilleures conditions. Des analyses approfondies et un protocole sanitaire très strict a été présenté et approuvé."

Benjamin Rieth