BFMTV

Cécile Duflot veut « réquisitionner » les logements vacants

-

- - -

Ce week-end, Cécile Duflot la ministre du Logement a affirmé aux associations de défense des sans-logis que le gouvernement pourrait « s’il est nécessaire » réquisitionner des logements vacants.

Le gouvernement va-t-il réquisitionner les logements vacants ? C'est en tout cas une possibilité envisagée par Cécile Duflot qui a reçu ce week-end les associations défendant les sans-logis, quelques jours avant la trêve hivernale des expulsions locatives qui commence ce mercredi 1er novembre. « S'il est nécessaire, je ferai appel à l'ensemble des moyens disponibles, la réquisition fait partie de cette panoplie », a déclaré la ministre du Logement samedi. Cette mesure pourra concerner tout à la fois le bâti public et le parc locatif privé. Par ailleurs, le gouvernement a envoyé vendredi dernier une circulaire aux préfets, leur demandant de ne plus expulser les familles reconnues comme prioritaires Dalo (Droit au logement opposable) tant qu'elles n'auront pas obtenu une solution de relogement. Et ce, au-delà de la trêve hivernale qui s'achèvera, comme chaque année, le 15 mars. En France on compte 2,39 millions de logements vacants.

« La réquisition, c’est symbolique »

« La réquisition est surtout une mesure symbolique, souligne Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Et comme tout symbole, explique-t-il, nous pensons que cette mesure doit être utilisée quand il y a une crise et parfois de la rétention de personnes qui ont des logements qui pourraient servir. Quand c’est dans des zones tendues, c’est un peu de la provocation d’avoir un logement vacant alors que des personnes sont dans la rue ou très mal logées. Tout le monde réclame la solidarité nationale : mettons en place cet outil de réquisition ».

« La réquisition ne donnera pas de résultats »

« Jospin avait essayé. Il avait identifié 100 000 logements potentiellement requisitionnables, se souvient Benoist Apparu, député UMP et ancien secrétaire d'Etat au Logement dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy. Combien ont été réellement réquisitionnés ? Moins de 100. Ceci tout simplement car les propriétaires de logements vacants n’ont en fait souvent pas les moyens de réaliser des travaux. Il faut donc faire des travaux dans ces logements, ça va prendre deux ou trois ans et il ne se passera donc rien pendant deux ou trois ans. Quand il y a des dizaines de milliers de m2 de bureaux vides, on se dit que c’est scandaleux car des gens ont besoin de logements. Mais la encore, il va falloir faire des travaux. Je suis contre cette réquisition qui ne donnera pas de résultat ».

T. de Dieuleveult avec A.Rosique