BFMTV

Les syndicats espèrent faire mieux que le 7 septembre

Les syndicats tablent, pour jeudi, sur une mobilisation salariale au moins aussi importante que lors de la journée du 7 septembre.

Les syndicats tablent, pour jeudi, sur une mobilisation salariale au moins aussi importante que lors de la journée du 7 septembre. - -

Veillée d'armes pour les organisations syndicales. Elles tablent, pour la nouvelle journée d'action de ce jeudi, sur une mobilisation plus importante que celle du 7 septembre dernier. Reportage dans le Nord.

Malgré l'adoption de la réforme par les députés la semaine dernière, les syndicats font le forcing pour imposer au gouvernement de revoir sa copie. Pour cela, ils misent sur une participation aux grèves et manifestations de ce jeudi, encore plus massive que celle du 7 septembre (entre 2,5 et 3 millions de personnes selon les syndicats ; 1,1 million selon la police). Pas facile pourtant de faire descendre à nouveau dans la rue des salariés qui avaient déjà manifesté il y a 15 jours.

La grève se prépare, entre autres, dans le Nord-Pas-De-Calais. Une région particulièrement touchée par les pertes d’emploi ces dernières décennies. Le 7 septembre lors de la dernière manifestation contre la réforme des retraites, ils étaient 32.000 manifestants à Lille (Nord) et 11.000 à Dunkerque (Nord). Demain, les syndicats espèrent faire mieux. Et certains signes peuvent faire penser que la mobilisation sera forte : les assemblées générales se multiplient dans les entreprises, les réservations de bus sont supérieures à celles du 7 septembre pour se rendre au défilé lillois...

« Les indicateurs sont vraiment au beau fixe »

A La Redoute, à Roubaix, où le nombre d’emplois a été divisé par deux en 10 ans, les syndicats mobilisent sans problème les salariés. Martine Dobels, responsable CGT dans le Nord, estime ne pas ressentir un affaiblissement de la mobilisation, bien au contraire : « les indicateurs sont vraiment au beau fixe et véritablement ça monte. Comme le camarade de La Redoute qui me dit : "par rapport au 7, pour moi ça monte. Je fais le tour, on avait un bus, je me demande si on va pas en faire un deuxième". Les tracts lus, pas jetés, ça c'est un baromètre. On sent qu'il y a cette volonté d'y retourner et de ne pas lâcher ».

« Les gens ne sont pas si découragés que ça »

Pascal Cato, secrétaire général CFDT Nord-Pas-de-Calais, croit lui aussi percevoir des signes de forte mobilisation : « Nous avions 25 bus qui étaient venus sur Lille pour la manif régionale [ndlr, le 7 septembre dernier], on en a mis 25 aussi cette fois-ci, donc on pense qu'on arrivera également à les tenir au même niveau. Les gens ne sont pas si découragés que ça, même s'ils posent des questions. Donc on leur explique. Et je peux vous dire que les tracts que l'on distribue sur les retraites, on ne les retrouve pas par terre. Les salariés sont très attentifs au contenu, et puis du coup très attentifs aux appels à la mobilisation ».

bourdinandco et Benoit Salliot