BFMTV

Les sangliers ravagent les cultures en Alsace

Que faire contre les sangliers qui saccagent les champs? En Alsace, deux moyens d'action sont activés, une indemnisation des agricultures a posteriori et des battues pour réguler les populations porcines.

Les agriculteurs alsaciens paient les pots cassés les dégâts causés par les sangliers qui s'aventurent dans leurs cultures. A la recherche de protéines, ces animaux sauvages retournent la terre. Le manque à gagner peut-être immense. Frédéric Scherrer, agriculteur à Dolleren dans le Haut-Rhin, a eu la mauvaise surprise de constater qu'une de ses prairies avait été abîmée à 65% par les suidés.

Heureusement, l'exploitant va être indemnisé par un fonds prévu à cet effet, le FDIS. A deux titres. Il y a d'une part, le travail de remise en état de la parcelle. Et, d'autre part, un manque à gagner proportionnel à la part abîmée sur laquelle rien ne poussera cette année. "C'est estimé en quantité de foin et indemnisé à la tonne de foin", expose Christian Hirth, chasseur et trésorier du FDIS.

Des battues pour réguler la population sont également régulièrement organisées, par les chasseurs locaux avec leurs chiens. Une autre technique, complémentaire consiste à "fixer" les animaux en forêt en leur distribuant de la nourriture. "Nous ce que l'on cherche, c'est de faire en sorte qu'ils trouvent leur nourriture en forêt plutôt que dans les prairies", explique Christian Hirth.

Une population qui explose

Depuis une trentaine d'années, la population de sangliers explose en Europe. En France, 700.000 ont été abattus par les chasseurs en 2016-2017, contre 150.000 en 1990-1991, selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

"Très fertile, l'animal se reproduit rapidement et s'adapte à la pression de chasse", explique Christine Saint-Andrieux, chercheuse à l'ONCFS. De nombreux facteurs favorisent sa multiplication et sa sortie des bois, notamment "l'urbanisation", le développement des friches industrielles et des céréales, mais aussi "le réchauffement climatique".

D. N. avec Aurore Villemur et Chloé Fabre