BFMTV

Le projet de loi de restauration de Notre-Dame définitivement adopté au Parlement

L'incendie de Notre-Dame - Image d'illustration

L'incendie de Notre-Dame - Image d'illustration - FRANCOIS GUILLOT / AFP

L'opposition dénonce des "dérogations inadmissibles" notamment concernant les règles d'urbanisme et de protection de l'environnement.

Le Parlement a définitivement adopté mardi le projet de loi pour la cathédrale Notre-Dame qui doit répondre à l'ambition fixée par le président Emmanuel Macron de restaurer l'édifice dans le délai controversé de cinq ans.

Le projet de loi prévoit l'organisation et le contrôle de la collecte et de l'utilisation des dons qui ont afflué, ainsi que la coordination des travaux délicats à mener sur ce joyau du patrimoine mondial.

"Dérogations inadmissibles"

Le texte, approuvé à l'Assemblée nationale par 91 voix, avec 8 votes contre et 33 abstentions, est dénoncé par l'opposition qui a fustigé une "loi d'exception inutile" et "des dérogations inadmissibles", notamment sur les règles de l'urbanisme et de protection de l'environnement, prévues dans le texte pour accélérer les travaux.

Déjà 20 millions d'euros ont été effectués, trois mois après l'incendie de la cathédrale mondialement connue. Pour l'instant les ouvriers continuent de sécuriser le bâtiment rendu fragile par l'incendie et l'intervention des pompiers. Cette sécurisation devrait être effective à la rentrée, permettant la seconde phase, le démontage de l'échafaudage toujours debout autour d'un trou, où se trouvait la flèche désormais détruite.

Guillaume Dussourt avec AFP