BFMTV

Le nombre de décès de mars à mai en hausse de 22% par rapport à 2019 en France

Image d'illustration - Hôpital de Levallois-Perret le 9 avril 2020

Image d'illustration - Hôpital de Levallois-Perret le 9 avril 2020 - LUCAS BARIOULET / AFP

L'Insee a comparé la mortalité en France du 1er mars au 4 mai 2020, avec les mêmes périodes des années précédentes. Il en ressort une surmortalité importante "indéniablement liée à l’épidémie de Covid-19".

La France sort progressivement du confinement depuis lundi, et l'épidémie de coronavirus continue de montrer des signes d'accalmie. En tout, plus de 27.000 personnes sont mortes du Covid-19, d'après le dernier bilan du gouvernement français publié vendredi soir. Dans le même temps, on constate une surmortalité importante en France sur cette période, par rapport aux données des autres années.

L'institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a décidé de publier chaque semaine ses chiffres sur le nombre de morts en France. Malgré des lacunes, l'Institut peut d'ores et déjà démontrer une augmentation du nombre de décès en 2020 de +22% par rapport à une même période en 2019.

"Il est important de noter que ces données sont très provisoires et seront révisées à chaque nouvelle publication", précise l'Insee dans un document méthodologique accompagnant la publication des données de mortalité. Toutes les communes ne transmettent en effet pas à la même vitesse le nombre de décès enregistrés, ce qui entraîne la nécessité d'une réévaluation régulière des chiffres publiés.

+22% par rapport à 2019 et +14% qu'en 2018

Le bilan, actualisé ce vendredi 15 mai, compile toutes les causes de morts survenues dans le pays et dépasse donc forcément les seuls décès liés à la pandémie. Cela permet néanmoins d'évaluer l'impact de la pandémie sur la mortalité moyenne habituelle, et la surmortalité qu'elle a pu entraîner.

"Au niveau national, le nombre de décès totaux enregistrés à la date du 15 mai 2020 et survenus entre le 1er mars et le 4 mai 2020 est supérieur à celui enregistré sur les mêmes périodes en 2019 ou 2018: 133.678 décès ont été enregistrés en 2020 en France contre 109.265 en 2019 et 117.018 en 2018", écrit l'Insee. "Le nombre de décès en France est ainsi supérieur de 22% à celui enregistré à la même époque en 2019 et de 14% à 2018".
-
- © Insee
"La 'surmortalité toutes causes' observée à ce jour (24.000 décès supplémentaires environ du 1er mars au 27 avril) est indéniablement liée à l’épidémie de Covid-19", écrit l'Insee, précisant que "chiffrer précisément ce qui relève strictement du Covid est aujourd'hui impossible car les autres causes de décès ont pu évoluer à la hausse comme à la baisse, notamment avec la mise en place du confinement".

L'Insee note qu'un pic de mortalité a été atteint le 1er avril, avec 2780 décès enregistrés sur cette seule journée. Sur un graphique reprenant plusieurs années de données de mortalité, notamment des épisodes particulièrement meurtriers, la mortalité actuelle en France ressort autant que celle due à la grippe de Hong Kong (1969) mais reste encore en-dessous de l'été de la canicule 2003, particulièrement meurtrier. 

-
- © Insee

Une surmortalité particulièrement forte en Île-de-France

De manière logique, la hausse des décès est plus marquée dans les régions où l'épidémie de Covid-19 est la plus virulente: entre le 1er mars et le 4 mai 2020, l'Insee note ainsi une hausse de +83% en Île-de-France par rapport à la même période en 2019. Dans le détail, les départements de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine enregistrent respectivement +117% et +107%.

"Les régions, comme les départements, sont les lieux dans lesquels les décès sont survenus, et non les lieux de résidence des personnes décédées", précise l'Insee dans son étude.

La région du Grand Est arrive en deuxième position avec +49%. "Trente-deux départements, au total, ont un surplus de décès d’au moins 20% par rapport à 2019", écrit l'Insee. Globalement, le nombre moyen de décès par jour enregistré dans les différents départements est en nette baisse depuis le 16 avril. 

-
- © Insee
A noter tout de même que "vingt-deux départements ont moins de décès enregistrés entre le 1er mars et le 4 mai 2020 que sur la même période de 2019. Ces départements sont essentiellement situés dans le Sud-Ouest et le Centre de la France, ainsi que dans les départements non côtiers de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur".

Côté âges, les décès chez les plus de 85 ans ont augmenté de 27% en France, et ont même plus que doublé en Île-de-France. A l'inverse, on note 17% de décès en moins chez les jeunes de moins de 25 ans, "probablement" parce que les accidents ont été moins nombreux pendant le confinement, relève l'Insee.

Salomé Vincendon