BFMTV

La Réunion: le corps d'un enfant de 4 ans retrouvé décapité

-

- - -

Le corps d'un enfant de 4 ans a été découvert décapité et calciné dans une niche à chiens dans la cour de la maison familiale à Saint-Benoît, sur la côte est de l'île de la Réunion, a-t-on appris mercredi auprès de la gendarmerie.

Le corps d'un enfant de 4 ans a été découvert décapité et calciné dans une niche à chiens dans la cour de la maison familiale à Saint-Benoît, sur la côte est de l'île de la Réunion, a-t-on appris mercredi auprès de la gendarmerie. Selon le Journal de la Réunion, qui révèle l'information, le beau-père de l'enfant est suspecté d'être l'auteur du crime. La gendarmerie a indiqué que ce dernier avait été interpellé et que la mère de la victime, en état de choc, avait été hospitalisée.

Le suspect est un déséquilibré

Selon les premiers éléments de l'enquête relatés par le site de Réunion 1ère, antenne locale de France Télévisions, le suspect, âgé de 38 ans et connu pour sa fragilité mentale, aurait été pris d'une crise de démence durant la nuit de mardi à mercredi et aurait pris pour cible le petit garçon. Vers 3h du matin, la mère aurait découvert le corps mutilé de son enfant et prévenu les voisins pour qu'ils alertent les gendarmes. Un cordon de sécurité a été installé autour de la maison.

Les voisins pointent des excès d'alcool

La maison se situe dans une ravine accessible uniquement à pied, dans le quartier populaire de Beaulieu, dont les habitants sont sous le choc. Les abords de la maison ont été bouclés par les gendarmes de l'identification criminelle.
Sabrina, une mère de famille d'une trentaine d'années, qui habite le voisinage, n'appréciait guère le suspect : « Ce gars là me faisait peur, il avait une réputation d'homme violent, incontrôlable. Il buvait beaucoup ». Une autre voisine dit n'avoir « jamais eu de problème avec lui » mais a affirmé qu'il était « grossier et vulgaire quand il avait bu ». Le procureur de permanence au parquet de Saint-Denis s'est rendu sur les lieux du crime dans la matinée.

La Rédaction avec AFP