BFMTV

Intempéries et inondations: "On ne pourra pas trouver une solution technique à tous les problèmes"

Charles Perrin, hydrologue, explique pour BFMTV comment se forment les inondations qui sévissent en France, évoquant notamment des précipitations exceptionnelles.

Un mois de juin sous les orages. Les épisodes orageux se multiplient un peu partout en France en ces dernières semaines de printemps, occasionnant parfois des inondations. De la Loire-Atlantique à la Sarthe, en passant par le Tarn-et-Garonne, des communes se retrouvent envahies par les eaux. En cause, des précipitations exceptionnelles et des sols trop engorgés, comme l'explique Charles Perrin, hydrologue à l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA):

"Il est tombé de l’ordre de 80 millimètres en 24 heures", détaille-t-il. "En un mois, en région parisienne, il tombe de l’ordre de 50 millimètres" en temps normal. "Il faut remonter à 1993 pour trouver des pluies aussi importantes sur une telle période".

En ville comme en campagne

Le spécialiste explique qu'en milieu urbain se trouvent des "surfaces imperméabilisées importantes", qui nuisent à la concentration des eaux en cas de fortes intempéries. Les dispositifs mis en place, comme les bassins d'orages, ne sont pas suffisants pour contenir les eaux

Les milieux ruraux ne sont pas forcément immunisés: si les sols sont naturels, ils ne peuvent "absorber l'eau que jusqu'à un certain degré, et après ne peuvent plus stocker l'eau parce que les sols sont saturés". De fait, "on ne pourra pas trouver une solution technique à tous les problèmes liés à ces pluies intenses".

Une salvatrice "période estivale"

Les sols se retrouvent saturés à plusieurs niveaux, après "plusieurs mois de précipitaitions importantes":

"Les pluies de ces derniers jours ont aussi contribué à augmenter cette infiltration vers les nappes mais surtout à engorger les premières dizaines de centimètres du sol qui contrôlent la réaction immédiate des bassins versants." 

Ces inondations devraient néanmoins toucher à leur fin, avec l'arrivée des beaux jours: "On approche de la période estivale les nappes vont commencer à redescendre progressivement en lien au fait qu’il y aura des températures plus élevées."

B.P.