BFMTV

Un village Emmaüs propose à Jérôme Cahuzac de venir purger sa peine dans sa communauté

L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, accompagné de ses avocats, le 21 février 2018 au TGI de Paris.

L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, accompagné de ses avocats, le 21 février 2018 au TGI de Paris. - Eric Feferberg - AFP

Le village Emmaüs de Lescar-Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, se propose d'accueillir l'ex-ministre, poursuivi pour blanchiment et fraude fiscale, afin qu'il découvre "une autre économie".

Jérôme Cahuzac ira-t-il derrière les barreaux? L'ex-ministre, jugé en appel pour fraude fiscale et blanchiment, risque trois ans de prison ferme. Avant que le jugement ne soit mis en délibéré au 15 mai prochain, Me Dupond-Moretti, a imploré les juges de ne pas envoyer son client "en taule", quitte à alourdir sa peine.

"La prison, c'est quand il n'y a aucune autre solution", a-t-il plaidé. Justement, la communauté Emmaüs de Lescar-Pau propose à Jérôme Cahuzac, non sans ironie, de venir purger une peine aménagée à Lescar, dans les Pyrénées-Atlantiques.

"Une alternative est possible", assure-t-elle sur sa page Facebook. Le prévenu pourrait s'acquitter de plusieurs missions: "En venant au Village Emmaüs Lescar-Pau vous participerez aux diverses activités (tri des objets, ferraille, vente, cuisine, menuiserie, etc)."

"Il faut qu'il prenne conscience de la réalité du terrain"

"Vous découvrirez une autre économie", promet la communauté. "Une économie sociale et solidaire, une économie alternative, une économie réinvestie au profit du collectif", développe-t-elle.

"Il faut qu'il prenne conscience de la réalité du terrain", estime son fondateur Germain Sahry au micro de France Bleu Béarn.

"Qu'est-ce que ce serait extraordinaire de voir un ancien ministre avec le peuple, avec les compagnons d'Emmaüs", commente-t-il. La communauté accueille déjà des personnes sous bracelet électronique, avec aménagement de peine. "J'ai souvent dit: 'Faites-moi venir des élus condamnés'", rappelle-t-il.

Si la proposition plaît à Jérôme Cahuzac, le village Emmaüs lui suggère d'en informer le juge d'application des peines (JAP).

L.A.