BFMTV

CAFE INSOLITE - Une Barbie qui pète (littéralement) le feu

-

- - -

C'est la fin de la journée, et BFMTV.com a sélectionné pour vous quelques informations croustillantes. Au programme de ce lundi, une justicière licenciée, des bonbons à la menthe tueurs et une poupée qui crache des étincelles par l'arrière-train.

> Révolution capillaire

Vert. La semaine dernière, un élève du lycée Henri-Vogt de Commercy, dans la Meuse, avait arboré cette teinture de cheveux peu orthodoxe pour se rendre en cours. Le proviseur avait estimé que ces tifs tape-à-l'oeil constituaient un motif d'exclusion, le temps pour le garçon de retrouver une couleur de cheveux respectable. Résultat, relate mardi L'Est Républicain, pour protester contre la lourdeur de la peine infligée, ce sont 60 lycéens qui ont franchi la porte de leur établissement, lundi, avec la même couleur de cheveux. Même pas (verts de) peur.

> Quand jouer au justicier fait perdre son job

Aux yeux de beaucoup, Karen Sizemore aurait été une héroïne. Employée d'un magasin de bricolage du Kentucky, cette grand-mère de choc au brushing impeccable n'a pas hésité en voyant un jeune homme se servir dans un rayon et filer sans payer: elle s'est ruée hors du magasin pour relever la plaque du bricoleur-voleur et prévenir la police. Un réflexe qui a permis de retrouver la boîte à outils dérobée, d'une valeur de 600 dollars (450 euros), et d'appréhender le suspect.

Sauf que la direction de l'établissement ne l'a pas vu du même oeil, relate l'intéressée sur la chaîne locale WLKY. La direction a expliqué à celle que la presse locale avait déjà surnommé "Wonderwoman" qu'elle avait "mis sa vie et celle des autres en danger", avant de la licencier, au bout de 18 ans de bons et loyaux services.

> Quand des bonbons à la menthe provoquent une overdose

Les bonbons à la menthe peuvent être plus redoutables qu'on le croit. Les "Hero instant energy mint", en tout cas. Commercialisés outre-Manche, ces pastilles ne contiennent pas seulement de la menthe forte: chacune d'entre elle contient la dose de caféine d'une canette de Red Bull. Elles ont été fatales à Joe Jackson, un Anglais de 40 ans, décédé au mois de mai, relate The Independent.

Ironie du sort, révèle le quotidien britannique, l'homme était "un gros buveur" et souffrait d'une cirrhose du foie. Selon les expertises médico-légales, c'est pourtant un net excès de caféine dans le sang, dû à une prise excessive de Hero instant enery mint, qui serait à l'origine de son décès. Le double du taux limite autorisé: même un superhéros n'y aurait pas survécu.

> Une Barbie qui pète le feu

Une poupée qui crache des étincelles par l'arrière-train? Si vous êtes intéressé, Big Clive, un bricoleur déglingo qui a pour passion de détourner les objets du quotidien, vous explique comment réaliser ce jouet péto-pyromane.

Du GPS bricolé pour retrouver mémé en fuite à la manière de faire exploser des smarties, il partage toutes ses trouvailles sur son blog. Direct Matin a trouvé la perle: faire péter (littéralement) le feu à sa poupée Barbie. Avec un tuto en vidéo. A faire faire à ses parents, évidemment.

> Fukkuppy, la mascotte japonaise au nom très malvenu

La firme niponne Fukushima Industries, spécialisée dans la vente de réfrigérateurs pour professionnels, était très fière de sa nouvelle mascotte. Un oeuf affublé d'ailes et baptisé "Fukuppy", contraction de Fukushima - le nom de l'entreprise - et de happy (joyeux). Ses communiquants lui avaient même créé un destin merveilleux - pondu au fond d'un frigo, voletant au-dessus des apparels et communiquant avec les occupants des bacs à légumes.

Sauf que le nom de la mascotte a aussitôt éveillé, dans l'imaginaire collectif, le nom de la centrale nucléaire sinistrée de Fukushima, relate mardi Les Echos. De quoi créer un froid. Le nom de la mascotte a vite été détourné sur Internet à l'aide d'un terme anglais peu distingué, obligeant la firme de réfrigérateurs à repenser son nom.

Mathilde Tournier