BFMTV

Il vient retirer 5 millions d'euros en liquide au guichet

-

- - -

La crise financière pousse certains à des comportements extrêmes. Ainsi un client d'une banque d’Angoulême est venu retirer 5 millions d'euros en liquide.

Ce matin dans La Charente Libre, un article insolite titrait : « Paniqué par la crise il veut retirer 5 millions en liquide ». Alexandre Le Boulc'h, journaliste auteur de l'article, détaille cette histoire ahurissante : « Il y a une dizaine de jours, un client fortuné s'est pointé à sa banque. Paniqué par le krach boursier, il a demandé à retirer ce qu'il avait en placements et en actions. Ca se porte à 5 millions d'euros.»

5 millions d'euros en liquide, ça ne se retire pas comme ça !

Et le journaliste d'expliquer les contraintes d'une telle demande, inhabituelle il est vrai : « Vous vous doutez bien que 5 millions d'euros à retirer en liquide, ça ne se retire pas comme ça. Le transfert n'est pas encore fait, c'est en cours de négociation. On ne sait pas s'il aura lieu en définitive. La demande est réelle, mais maintenant c'est un billard à plusieurs bandes en fait. Le client demande à la banque, la banque, qui évidemment n'a pas 5 millions d'euros en liquide dans ses coffres, demande à la Banque de France, la Banque de France demande à une société de transport de fonds d'opérer ce transfert.»

50 kilos de billets, 3 camions de la Brink's

Mais au delà des contingences financières, cette demande exige des ressources logistiques auxquelles, bien évidemment, le commun des usagers de banque ne pense pas. Alexandre Le Boulc'h liste les obstacles techniques au versement d'une telle somme en liquide : Au bout du compte, la Banque de France peut donner cet argent, elle l'a en disponibilité, la Brink's peut le livrer, mais ça a un coût. Déplacer 5 millions d'euros en liquide, ça a inévitablement un coût. Il y a des négociations en cours sur ce transport : qui va le payer ? La Banque ? Sachant qu'un camion de la Brink's ne peut pas déplacer plus de 2 millions d'euros car il n'est pas assuré, qu'il faudrait donc 3 camions... On imagine mal un convoi de la Brink's se déplacer ». 5 millions d'euros, cela représenterait 50 kilos de billets à conserver et à surveiller. La sérénité n'est donc pas pour tout de suite, de toute façon pour ce client, paniqué et inquiet.

La rédaction-Bourdin & Co