BFMTV

Hulot déclare la "guerre" à Monsanto: le président de Bayer France réagit sur BFMTV

Frank Garnier, le président de Bayer France.

Frank Garnier, le président de Bayer France. - Capture BFMTV

Frank Garnier, le président de Bayer France, estime ce dimanche matin sur BFMTV que les pesticides développés par son entreprise ne sont pas dangereux, se basant sur "des évaluations extrêmement strictes".

"Nous devons mener tous ensemble une guerre pour réduire les molécules les plus dangereuses, sans attendre la démonstration absolue de leur dangerosité", réagissait samedi soir le ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot quelques heures après la condamnation de Monsanto aux Etats-Unis pour sa responsabilité dans le cancer d'un jardinier, Dewayne Johnson. Une guerre, "le mot est fort" répond dimanche Frank Garnier, le président de Bayer France, acquéreur du géant des pesticides, dont le produit phare reste le Roundup.

Interrogé ce dimanche matin sur BFMTV, Frank Garnier explique que l'herbicide ne comporte aucune dangerosité. "Bayer est convaincu que le glyphosate ne constitue pas de dangers pour la santé humaine quand il est utilisé conformément aux recommandations d’usage, et c’est le cas pour les millions d’agriculteurs en Europe, en France qui reconnaissent sa grande qualité pour la protection des cultures", martèle le patron de Bayer France, se basant notamment sur la décision de l'Union européenne de réautoriser la substance cinq ans de plus.

"Quand on parle de produits de protection de cultures, ces produits font l’objet systématiquement d’une évaluation de toutes les agences dans le monde, en particulier l’agence européenne et de l’agence française", insiste Frank Garnier sur notre antenne. "Ces produits ensuite reçoivent, après des évaluations extrêmement strictes, une autorisation de mise sur le marché extrêmement encadrée."

"Solutions alternatives"

Assurant que Bayer France allait publier des études prouvant cette "non-dangerosité" sur le site internet développé par l'entreprise, Frank Garnier tient à rappeler les "valeurs" de sa société: "Nous avons pour raison d’être de servir les agriculteurs et de mettre à leur disposition des solutions qui sont utiles pour la protection de leurs cultures. Ce qui est important, c'est que ces solutions pour nos agriculteurs continuent à exister." Pour cela, Bayer France dit se concentrer sur des "solutions alternatives".

"Les pesticides sont absolument utiles pour les agriculteurs (...) même l’agriculture biologique a besoin de produits de protection des cultures, poursuit-il. Ce qui est important c’est que nous fassions évoluer la panoplie des solutions qui sont disponibles pour les agriculteurs."

Le gouvernement français a annoncé sa volonté de bannir le glyphosate d'ici 2021, avec une interdiction progressive. Depuis 2017, les collectivités doivent se passer de cet herbicide. Les particuliers seront soumis à la même contrainte à partir de 2019. Enfin ce sera au tour des agriculteurs en 2021. "Ces produits phytosanitaires sont indispensables à l’agriculture", rappelle le patron de Bayer France qui parle de "médicaments pour les plantes". L'accent est désormais mis sur le développement d'herbicides à base de "substances naturelles".

J.C.