BFMTV

Ferme des 1.000 vaches: les premiers bovins arrivés, l'exploitation démarre

A Abbeville, une partie de la controversée "ferme des mille vaches".

A Abbeville, une partie de la controversée "ferme des mille vaches". - François Lo Presti - AFP

La Confédération paysanne entend maintenir des blocages autour de la controversée ferme des 1.000 vaches, dans la Somme, et déposer un recours en urgence contre cet établissement où les premiers animaux sont arrivés dans la nuit de vendredi à samedi.

Les 150 premières vaches laitières du projet controversé de ferme dite des 1.000 vaches à Drucat, près d'Abbeville dans la Somme, sont arrivées dans la nuit et la première traite a déjà eu lieu samedi matin, marquant le démarrage de l'exploitation, a annoncé la direction, au grand dam des opposants.

"Ce matin, la ferme dite des 1.000 vaches (...) a accueilli une première partie de son troupeau. 150 des 500 vaches ont ainsi rejoint l'étable dans un climat serein, après un transfert organisé durant la nuit afin de garantir la sécurité des hommes et le confort des animaux", déclare-t-elle dans un communiqué."

Venu sur place avec d'autres adhérents, le président de Novissen, organisation hostile au projet, Michel Kfoury, a dénoncé un "passage en force", alors que Novissen avait déposé le 5 septembre un référé en suspension d'exploitation devant le tribunal administratif d'Amiens.

La Confédération paysanne organise des "blocages sur place"

De son côté, la Confédération Paysanne souhaite continuer à organiser des "blocages sur place", a indiqué porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, qui émet des doutes sur la légalité de l'installation.

"On bloque. Le deuxième camion qui est venu décharger les vaches a été refoulé. Il est reparti sur la ferme initiale. On reste en place tant qu'on ne saura pas pourquoi par exemple la gendarmerie est venue protéger une installation illégale, tant qu'on ne saura pas pourquoi Michel Ramery (industriel du BTP à la retraite, à l'origine du projet, ndlr) a eu des passe-droits", a-t-il ensuite déclaré lors d'une conférence de presse organisée à la Fête de l'Humanité.

La préfecture a, pour sa part, indiqué samedi qu'après contrôle cette semaine par les services de l'Etat, l'ensemble des installations ont cependant été déclarées conformes au permis de construire. 

V.R. et D. N. avec AFP