BFMTV

Vers une grève des enseignants le premier jour du Bac?

Opposés à la loi Blanquer, des professeurs d'un lycée toulousain menacent de faire grève le premier jour du bac le 17 juin prochain.

Le baccalauréat approche à grand pas. Les lycéens de terminale sont appelés à démarrer les épreuves du diplôme le 17 juin en commençant comme chaque année par la Philosophie. Mais quelques imprévus pourraient venir perturber l'édition 2019 du bac.

En effet, une menace de grève pèse sur le premier jour de l'épreuve. Dans le viseur des partisans de cette contestation, la très controversée loi Blanquer sur le lycée. Et à Toulouse notamment, la décision a déjà été prise. Les enseignants ont voté la grève pour le 17 juin à 51%:

"Se mettre en grève le jour du bac quand on est enseignant quand on a préparé nos élèves toutes l’année, on ne le fait pas de gaieté de cœur", assure à BFMTV Marie-Cécile Perillat, professeur au sein du lycée Stéphane Hessel de Toulouse.

"On fait grève pour maintenir le bac"

"Evidemment que l’on veut faire passer le bac", appuie Louis Dugros, professeur de Physique-Chimie dans le même établissement. "Justement, on fait grève pour maintenir le bac. On trouve que les réformes Blanquer le modifie en profondeur et le dénature", ajoute-t-il.

Mais les premières victimes de cette grève pourraient être les élèves eux-mêmes. Notamment ceux de la filière littéraire pour qui l'épreuve de philosophie est coefficient 7: "On a révisé toute l'année c'est pas pour qu'on nous embête le jour de l'épreuve", s'inquiètent des élèves du lycée.

Menace d'une grève nationale

La menace pourrait s'étendre à plusieurs établissements alors que plusieurs syndicats envisagent un préavis national.

Du côté des parents d'élèves, il y a urgence à débloquer la situation alors que le bac début dans moins d'un mois: "Il est important que l'on redonne confiance aux élèves et que les syndicats et le ministère discutent pour que l'on passe à autre chose", assure Samuel Cywie, porte-parole de la PEEP.

En attendant, les enseignants toulousains manifesteront ce samedi contre la réforme Blanquer.

Maxime Meunier, Loïc Gazar, Anaïs Crouts (avec Guillaume Dussourt)