BFMTV

Un professeur roué de coups par un lycéen à Bordeaux

-

- - -

Un professeur du lycée professionnel Trégey de Bordeaux a été roué de coups mardi après-midi par un de ses élèves, âgé de 18 ans. Le problème : un désaccord sur le contenu d'un cours qui portait sur la religion.

Mardi après-midi, un jour presque comme les autres au lycée professionnel Trégey de Bordeaux. Mais un cours va déraper et conduire à l’agression du professeur par un élève de 18 ans. Selon le quotidien Sud-Ouest qui a révélé l’affaire dans son édition de ce jeudi, les faits se sont produits lors d'un « cours qui abordait la religion musulmane ». Si la police a parlé d'un cours abordant la religion, elle n’est toutefois pas en mesure de dire s'il s'agissait de l'Islam.

Il s'en prend au professeur et à une surveillante

Le ton est alors très vite monté et l'élève, dans un premier temps, renverse violemment une table. Inquiet, le professeur a fait évacuer les autres élèves et le lycéen a été convoqué chez le conseiller principal d'éducation. Mais en apprenant que ses parents avaient été avertis de l’incident, il s’est alors attaqué à nouveau au mobilier en menaçant de tout casser avant de sortir de la classe… Et de croiser le professeur. C’est alors qu’il le bouscule, lui met plusieurs gifles, un coup de poing et un coup de tête, puis s’en prend à une surveillante qui tentait de s'interposer en la frappant à l'épaule.

Violences sur personne chargée d'une mission de service public et dégradations

Interpellé par la police dans la cour quelques minutes plus tard, l’élève a été placé en garde-à-vue doit faire l'objet d'une comparution dans les prochains jours devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il est poursuivi pour violences sur personne chargée d'une mission de service public et dégradations. Mercredi, c'est une professeur d'histoire géographie près de Poitiers qui a été violentée par une mère de famille.

Des agressions « inacceptables »

Deux agressions que le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a jugé ce jeudi « inacceptables ». « Je voudrais dire de façon solennelle qu'il est inacceptable que des fonctionnaires, en l'occurrence des professeurs, puissent être agressés dans l'exercice de leurs fonctions. De ce point de vue, je condamne fermement toutes les agressions passées et à venir », a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre avec des enseignants au lycée Voltaire à Orléans.

La Rédaction, avec agences