BFMTV

Prof agressé à Bordeaux : « Des coups pour faire peur »

-

- - -

Le professeur du lycée professionnel Trégey de Bordeaux, roué de coups par un de ses élèves mardi, témoigne en exclusivité sur RMC de la violence de son agression. Il dénonce « un piège » de l'élève pour le pousser à la faute, et parle de « coups pour faire peur ».

S’il assure aller bien sur le plan physique, c’est surtout sur le plan psychologique que Christophe se dit le plus atteint. Roué de coups par un de ses élèves mardi, professeur du lycée professionnel Trégey de Bordeaux (Gironde), a accepté de raconter son agression sur RMC.
Son agresseur, âgé de 18 ans n’avait pas apprécié son discours lors d’un cours sur la religion. Son mécontentement, il va l’exprimer par la violence. Des gifles d’abord, puis un coup de poing et un coup de tête.

« Ce qu’il attendait, c’est que je rentre dans son jeu »

« J'ai l'habitude des situations conflictuelles et tendues, raconte Christophe. J'en ai connu notamment beaucoup quand j'ai commencé ma carrière en région parisienne. Je sais faire la différence entre un élève qui veut vraiment vous allonger (vous mettre KO, NDLR), et un élève qui veut simplement vous intimider. Les coups qu'il a distribués étaient des coups pour faire peur. Je pense que ce qu'il attendait de moi, c'est que je rentre dans son jeu et qu'à mon tour je me mette à taper, et j'ai fait un effort surhumain pour pas tomber dans ce piège là (...). C'est peut-être ce qui l'a particulièrement frustré, c'est que je ne voulais pas engager le combat ».

« Cela aurait pu éclater sur n'importe quoi »

Le désaccord est intervenu lors d'une réference au système politique du Maroc, dont la famille de l'élève est originaire, pendant un cours sur le « fait religieux en France depuis 1880 », a expliqué l'enseignant, qui n'a pas souhaité donner son nom. Pour lui, « cela a éclaté sur cela, cela aurait pu éclater sur n'importe quoi d'autre », tant il avait senti son élève « plus tendu, plus susceptible, plus agressif » ce jour-là.

La Rédaction avec JW. Forquès