BFMTV

Essonne: cet instituteur tatoué de la tête aux pieds regrette de ne plus pouvoir enseigner en maternelle

Un jeune professeur des écoles tatoué de la tête aux pieds et exerçant dans l'Essonne témoigne de son quotidien ce lundi sur BFMTV.

Un professeur des écoles de l'Essonne, tatoué de la tête aux pieds, raconte sur BFMTV être menacé de ne plus pouvoir exercer dans les classes de maternelle par l'inspection académique. Et ce en raison de son apparence, qui dérange certains parents d'élèves.

"Mon inspection ne veut plus que j'aille en maternelle pour éviter de recevoir des lettres de plainte", déplore sur notre antenne Sylvain, aussi surnommé "Freaky Hoody". "Ils (les membres de l'Éducation nationale) veulent être tranquilles, et éviter que les parents puissent se plaindre de mon apparence".

"Je pense être un bon professeur"

Le jeune professeur des écoles au crâne rasé et fleuri, et aux yeux noircis par l'encre de tatouage, a déjà enseigné à tous les niveaux de la maternelle à la primaire, mais aussi au collège, en SEGPA ou encore en Angleterre,

"Mon apparence n'est pas un obstacle au quotidien, parce que je pense être un bon professeur et faire de mon mieux dans mon travail et progresser d'année en année", explique l'insituteur. "Elle pose problème à certaines personnes, mais c'est très peu, c'est un parent sur 1000, et ce sont des parents d'enfants que je n'ai pas en classe".

Certains parents, interrogés à la sortie de l'école au micro de BFMTV, font en effet part de leur surprise en apprenant que Sylvain est l'un des professeurs des écoles exerçant dans cet établissement de l'Essonne. "Le fond de ces yeux tatoués, ça m'a d'abord fait peur", raconte une de ses anciennes élèves à BFMTV. "Mais mes parents m'ont plutôt encouragé à ne plus avoir peur, et maintenant je n'en ai plus peur, c'est même presque mon maître préféré. C'est un professeur plus gentil que ce que javais pensé en fait", poursuit la jeune fille.

"Avec les parents des enfants que j'ai en classe, tout se passe bien", confirme Sylvain à notre micro. "Avec les enfants aussi, une fois passée la surprise, on travaille bien et ils trouvent que je suis le plus cool", conclut-il, sourire aux lèvres.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV