BFMTV

Éducation: un test de fluence en 6e et des "outils de positionnement" pour réduire les inégalités

Image d'illustration d'enfants dans un collège -

Image d'illustration d'enfants dans un collège - - Jeff Pachoud

Le ministère de l'Éducation nationale a diffusé vendredi la circulaire de rentrée. Cette dernière sera marquée, comme la fin de l'année, par des mesures sanitaires renforcées et par la lutte contre les inégalités de niveau.

La rentrée scolaire s'ouvrira sur les mêmes auspices que la fin de l'année 2019-2020, avec un accent particulier mis sur les respect des gestes barrières et la distanciation sociale, indique la circulaire de rentrée diffusée par le ministère de l'Éducation nationale vendredi dernier.

Mais cette rentrée sera aussi marquée par une nécessité d'"identifier les besoins" des élèves, et d'autant plus en cette rentrée qui suit une fin d'année scolaire chaotique, où les cours ont été assurés à distance par les enseignants en raison de la fermeture des établissements scolaires.

Assurer la compréhension

Chaque année, des évaluations sont déjà systématiquement organisées pour certains niveaux, en CP, CE1, 6e et 2nde. En 6e, nouveauté, un test de fluence en lecture, "permettant une appréciation immédiate", indique la circulaire, va être intégré.

"Un élève qui concentre ses efforts sur le déchiffrage ne peut pas se consacrer à l'essentiel, la compréhension de ce qu'il lit", fait valoir la circulaire ministérielle.

De surcroît, du CP à la 3e, "des outils de positionnement sont mis à la disposition des professeurs".

"Ces tests, courts et ponctuels, permettent de mesurer instantanément la maîtrise des compétences fondamentales et d'identifier les priorités pour chaque élèves", détaille le ministère dans la circulaire.

"Réduire les éventuels écarts"

En raison de la fin d'année scolaire - inédite sur la forme qu'elle a prise - l'identification des lacunes et acquis des élèves va se révéler cruciale. Selon les chiffres officiels, cités par l'Agence France-Presse (AFP), 4% des élèves, ont "décroché pendant le confinement, ce qui a creusé les inégalités préexistantes".

"Pour réduire les éventuels écarts constatés entre la rentrée et les vacances de la Toussaint, les apprentissages sont concentrés sur les connaissances réputées acquises dans le cadre d'une scolarité ordinaire et nécessaires pour commencer leur année dans de bonnes conditions", souligne la circulaire.

Malgré le déconfinement intervenu à compter du 11 mai dernier et la réouverture progressives des établissements scolaires, certains enfants n'ont jamais repris l'école.

"L'objectif prioritaire de cette rentrée est d'établir un cadre serein propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective. Il s'agit de résorber les écarts qui ont pu naître de cette crise sanitaire, ce qui implique d'identifier les besoins propres à chaque élève et d'y répondre de manière personnalisée", insiste le ministère dans la circulaire.
Clarisse Martin Journaliste BFMTV