BFMTV

Devoirs scolaires: savez-vous vraiment aider votre enfant?

Une majorité des parents s'impliquent dans l'aide aux devoirs de leurs enfants. (Photo d'illustration)

Une majorité des parents s'impliquent dans l'aide aux devoirs de leurs enfants. (Photo d'illustration) - AFP

Un sondage montre que 58% des parents sont persuadés d’être efficaces pour aider leurs enfants à faire leurs devoirs scolaires. Les enseignants, en revanche, ont tendance à douter des capacités des parents.

Les parents d’élèves sont une grande majorité à s’impliquer dans l’aide aux devoirs scolaires de leur progéniture, indique un sondage Opinion Way publié mardi dans le Parisien. Mais sont-ils vraiment à la hauteur, comment ils semblent le croire? Pas vraiment, à en croire le corps enseignant.

En tout, 58% des parents interrogés estiment "savoir ce qu’il faut faire" pour aider leur enfant dans sa scolarité, selon cette étude menée dans le cadre de travaux d’un chercheur spécialisé dans l’éducation, Georges Fotinos, sur les relations entre école et familles.

Selon une note du département statistique de l’Education nationale, 86,3% des parents "aident régulièrement au travail scolaire" en classe de CP, et 64% s’y collent tous les jours - un comportement plus fréquent chez les catégories sociales les plus aisées socialement et culturellement.

Attention à ne pas perturber l'apprentissage

Mais à en croire le corps enseignant, les parents ne se montreraient pas forcément à la hauteur des enjeux. Ainsi, les directeurs d’école, principaux de collège et proviseurs de lycée ne sont que 39% à trouver les parents efficaces dans leur aide aux devoirs à la maison. Pire: certains parents, croyant bien faire, peuvent perturber l'apprentissage de leur progéniture. Enseigner une méthode de calcul mental différente de celle du prof de maths, par exemple, peut d’entraîner la confusion chez un enfant.

Globalement, les parents et le corps enseignants s’accordent "sur un nombre important de constats, qui sont la base d’une confiance réelle entre les deux", observe George Fotinos. Restent quelques petits problèmes de communication. Si neuf enseignants sur dix estiment informer suffisamment les parents des progrès et des difficultés des élèves, de leur côté, 46% des familles jugent le dialogue insuffisant. Le chercheur bouclera ses vastes travaux sur les relations entre les familles et l'institution scolaire par la publication d’un rapport en novembre.

C. P.