BFMTV

Coronavirus: l'éducation nationale publie un protocole sanitaire allégé pour faciliter la rentrée

Des élèves et quelques parents devant une école primaire de Toulouse le 22 juin 2020.

Des élèves et quelques parents devant une école primaire de Toulouse le 22 juin 2020. - Lionel BONAVENTURE

La distanciation physique ne s'appliquera plus dans les espaces extérieurs. Dans les espaces clos (salles de classe, bibliothèques, cantines...), elle ne sera plus obligatoire non plus.

En plein coeur de l'été et sans en faire la publicité, le ministère de l'Education a encore allégé le protocole sanitaire pour la rentrée scolaire, en dépit de l'incertitude persistante sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus.

Le 20 juillet, un nouveau protocole remplaçant celui du 22 juin a été envoyé aux recteurs, aux personnels de direction et à l'ensemble de la communauté éducative, a expliqué ce vendredi le ministère, qui n'avait alors pas du tout communiqué sur le sujet.

Repéré par Le Monde, ce texte assouplit encore les règles de distanciation physique et de brassage entre élèves. Déjà en juin, un allègement des règles sanitaires avait permis le retour progressif dans leurs établissements, parfois pour quelques jours seulement, notamment au lycée. A la rentrée de septembre et sauf rebond épidémique, tous devraient pouvoir revenir en classe, selon les nouvelles règles en vigueur.

Plus de distanciation physique à l'extérieur

La distanciation physique ne s'appliquera plus en effet dans les espaces extérieurs. Dans les espaces clos (salles de classe, bibliothèques, cantines...), elle ne sera plus obligatoire "lorsqu'elle n'est pas matériellement possible" ou "qu'elle ne permet pas d'accueillir la totalité des élèves".

Les élèves de plus de 11 ans devront toutefois continuer à porter un masque dans les espaces clos et extérieurs lorsqu'une distanciation d'un mètre ne pourra être garantie et qu'ils sont placés face à face ou côte à côte.

Le nouveau protocole assouplit également les règles limitant le brassage des élèves de classes différentes, qui ne seront plus "obligatoires".

Les établissements scolaires devront toutefois organiser le déroulement de la journée de manière à limiter "dans la mesure du possible, les regroupements et les croisements importants".

Les personnels ainsi que les collégiens et lycéens devront également porter un masque durant leurs déplacements. Le ministère affirme détenir un stock suffisant pour les personnels jusqu'au 31 décembre.

Règles de nettoyage assouplies

La limitation du brassage n'est plus obligatoire dans les transports scolaires. Mais les collégiens et lycéens doivent porter un masque "si la distanciation entre élèves ne peut être garantie".

Les règles de nettoyage sont également assouplies. Désormais, la mise à disposition d'objets partagés au sein d'une même classe ou d'un même groupe est permise sans conditions de désinfection.

Selon le ministère, ce protocole ne devrait plus être modifié avant la rentrée, sauf en cas d'une reprise massive de l'épidémie.

Un Conseil de Défense sur le Covid-19 la semaine prochaine

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron a toutefois annoncé jeudi soir la tenue d'un nouveau Conseil de Défense sur le Covid-19 "la semaine prochaine", alors que le nombre de personnes diagnostiquées positives a augmenté de plus de 30% en une semaine.

Mi-juillet, le ministère de l'Education avait mis en ligne un "plan de continuité pédagogique" à destination des directeurs d'école, chefs d'établissement et professeurs, pour les aider à s'organiser dès la rentrée en cas de reprise de l'épidémie.

Dans cette hypothèse serait mis en place un protocole sanitaire strict, similaire à celui qu'ont connu les écoles lors de la première phase du déconfinement, le 11 mai, incluant de l'enseignement à distance ou la fermeture d'établissements dans une zone déterminée.

Jeudi, le ministère de l'Enseignement supérieur a lui aussi assoupli son protocole sanitaire en autorisant la réouverture à la rentrée des universités et grandes écoles, fermées au public depuis le 16 mars, tout en appelant à la "vigilance".

Les étudiants devront ainsi obligatoirement porter un masque quand les règles de distanciation ne pourront pas être respectées et, "en toute circonstance", à l'intérieur des bibliothèques.

Cy.C avec AFP