BFMTV

Baccalauréat: quels "aménagements" possibles pour les épreuves en présentiel?

Image d'illustration - Salle de classe dans un lycée

Image d'illustration - Salle de classe dans un lycée - Martin BUREAU © 2019 AFP

Les lycéens réclament que le baccalauréat 2021 soit passé en contrôle continu intégral, mais Jean-Michel Blanquer préfère réfléchir à de nouveaux ajustements pour éviter ce scénario.

Les lycéens ont protesté lundi contre le maintien des épreuves du Grand oral et de philosophie en présentiel. Ils réclament que 100% du baccalauréat soit effectué avec le contrôle continu, pointant du doigt des inégalités dans l'apprentissage cette année, en raison de la crise sanitaire.

En réponse, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est dit à plusieurs reprises "ouvert" à des aménagements de ces deux épreuves, "mais je tiens quand même à ce qu'on ne passe pas au contrôle continu intégral", a-t-il déclaré sur Europe 1, rappelant que les épreuves d'enseignements de spécialités avaient déjà été annulées en mars et remplacées par un contrôle continu.

"Énormément d'inégalités entre les lycées"

"Durant cette crise sanitaire, on a eu énormément d'inégalités entre les lycées, avec une continuité pédagogique qui changeait selon les lycées, selon les élèves, selon les professeurs", explique sur BFMTV Dianyce Ekani, élève de Terminale, secrétaire générale de l'UNL (Union nationale lycéenne). En ce sens, pour elle "il ne faut pas maintenir ces épreuves".

Pour la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), le ministère de l'Éducation "s’enfonce dans sa volonté de maintenir la réforme du baccalauréat coûte que coûte, avec la passation du Grand oral, bien que cette épreuve n’ait pu être préparée correctement depuis l’année dernière. L’enseignement à distance a posé de nombreuses inégalités selon les lycées et les élèves, en termes d’encadrement, de formation et de suivi des lycéens durant ces périodes prolongées de cours en distanciels".

"Je suis bien conscient que certains élèves n'ont pas pu faire tout le programme cette année", a déclaré Jean-Michel Blanquer lundi soir dans l'émission Touche pas à mon poste (C8), assurant qu'il y allait avoir "cette semaine encore des aménagements. Ce n'est pas figé. Il y avait des épreuves terminales qui étaient prévues au mois de mars qu'on a transformées en contrôle continu", a-t-il rappelé. "L'intérêt des élèves c'est évidemment de les faire réussir, pour cela il faut qu'il y ait des épreuves qui soient faisables".

Il doit rencontrer ce mardi les organisations lycéennes présentes au Conseil supérieur de l'éducation, afin d'étudier de nouvelles pistes pour ajuster ces épreuves.

Quels aménagements envisagés?

Par exemple pour le Grand oral, les élèves "pourraient venir avec une lettre du professeur disant les parties du programme qui ont été faites, les parties qui n'ont pas été faites, pour qu'ils ne soient pas interrogés sur des impasses, c'est le genre de choses que l'on peut faire", a expliqué le ministre de l'Éducation. Et "en philosophie il faut regarder s’il peut y avoir des formules qui permettent d’avoir plus de sujets".

Parmi les autres pistes étudiées par l'exécutif, la possibilité de permettre aux élèves d'avoir leurs notes sous les yeux pendant la présentation de leur oral - qui devait se faire sans note - et la réduction de la voilure pour l'épreuve du Grand oral, où les candidats pourraient ne présenter qu'une seule problématique, et non plus deux au choix.

L'examen a déjà été aménagé ces derniers mois: les épreuves de spécialités de mars 2021, et les épreuves anticipées de français de classe de première, ont été passées en contrôle continu. Et pour l'épreuve de philosophie, trois sujets de dissertation seront proposés au lieu de deux habituellement, ainsi qu'une explication de texte.

Interrogés sur le sort des élèves étudiant dans des écoles hors contrat, pour qui toutes les épreuves en présentiel sont maintenues, Jean-Michel Blanquer a seulement répondu que pour "les écoles hors contrats il est plus difficile de valider le contrôle continu".

Salomé Vincendon avec Véronique Fèvre