BFMTV

Auxerre: les enfants qui ne mangent pas de porc à la cantine doivent porter un collier

Cette distinction concernerait l'école des Piedalloues à Auxerre.

Cette distinction concernerait l'école des Piedalloues à Auxerre. - Illustration - Romain Perrocheau- AFP

Lors d'un conseil municipal, une élue de l'opposition a évoqué ces colliers, dénonçant une "discrimination". La municipalité parle d'une"initiative maladroite et isolée".

Un collier avec une pastille rouge pour les enfants qui ne mangent pas de porc et un autre avec une pastille jaune pour ceux qui ne mangent pas de viande du tout. L'initiative mise en place le 21 septembre dernier dans une école primaire et une école maternelle d'Auxerre suscite l'émoi chez les parents d'élèves. C'est la conseillère municipale d'opposition Malika Ounès (Les Républicains, UDI) qui a dénoncé la pratique, jeudi soir au conseil municipal, rapporte Creusot Infos. 

"Cela renvoie à des heures sombres"

"C’est une mère de famille qui m’a interpellée et fait part de son indignation. Des pratiques comme celle-ci ne sont pas acceptables. On n’a pas le droit d’imposer cela, en catimini, à des enfants", accuse l'élue. "C’est complètement incroyable. (...) C’est révoltant. Cela renvoie à des heures sombres", poursuit-elle.

Contactée par le site d'information locale, une mère explique comment elle a découvert que sa fille "portait ce qui ressemblait à un collier".

"Elle m’a expliqué qu’à la cantine on donnait un collier avec une grosse pastille rouge aux élèves ne mangeant pas de porc, et un collier avec une pastille jaune aux élèves ne mangeant pas de viande du tout. Je pense que ma fille l’avait gardé autour du cou sans le faire exprès", raconte-t-elle.

Une "initiative isolée et maladroite"

Du côté de l'école des Piedalloues, à Auxerre, on se défend de tout acte discriminatoire: "Cette polémique ne repose sur rien. Les surveillantes, qui étaient nouvelles, ont utilisé lundi ce système de colliers pour ne pas risquer de donner du porc aux enfants qui n'en mangent pas. Ce n'était absolument pas dans un but discriminatoire", se justifie un membre du personnel éducatif auprès de francetv info.

Même son de cloche de la part de la municipalité, qui parle d'une "initiative isolée et maladroite". "Sur les 1.500 enfants qui mangent dans nos restaurants scolaires, ces colliers n'ont concerné que 18 enfants et l'opération n'a eu lieu que pour un repas", tente de relativiser Christian Sautier, directeur de la communication de la ville, également interrogé par francetv. "Nous comprenons que des gens puissent se sentir offusqués et nous le regrettons", ajoute-t-il.

Par ailleurs, la mairie d'Auxerre a lancé une enquête administrative auprès du directeur général de l'établissement scolaire.

M.G.