BFMTV

Des mesures pour améliorer le sort des Roms

-

- - -

Le gouvernement va assouplir les conditions d'embauche des Roumains et Bulgares, principales nationalités des Roms, dont plusieurs campements ont été démantelés cet été. Une décision saluée mercredi par Bruxelles qui a encouragé Paris à lever l'ensemble des restrictions.

Voilà un peu plus d’une semaine qu’ils ont trouvé refuge aux abords d’une église. Ces Roms ont été expulsés, il y a quelques jours. Le père Arthur Hervet les a accueillis. Pour lui, la politique de démantèlement des camps ne peut plus durer. Une solution sur le long terme est nécessaire.

Voilà un peu plus d’une semaine qu’ils ont trouvé refuge aux abords d’une église. Ces Roms ont été expulsés, il y a quelques jours. Le père Arthur Hervet les a accueillis. Pour lui, la politique de démantèlement des camps ne peut plus durer. Une solution sur le long terme est nécessaiVoilà un peu plus d’une semaine qu’ils ont trouvé refuge aux abords d’une église. Ces Roms ont été expulsés, il y a quelques jours. Le père Arthur Hervet les a accueillis. Pour lui, la politique de démantèlement des camps ne peut plus durer. Une solution sur le long terme est nécessaire.re

Mais parallèlement aux expulsions, le gouvernement a annoncé des mesures en faveur des Roms. Il entend assouplir les conditions d'embauche des Roumains et Bulgares, principales nationalités des Roms. La taxe que leur employeur doit pour l’instant payer sera supprimée. Et la liste des métiers ouverts au Roms sera élargie : jusqu’à présent, ils ne peuvent exercer que des métiers en tension, qui manquent de main d’œuvre. Une association venue soutenir les Roms à Lille est réservée : pour son président, les mesures annoncées sont nécessaires, mais pas suffisantes.

Ce sont toutes les restrictions d’accès au marché au travail, les mesures transitoires, qui doivent disparaître. Amnesty International, de son côté, a estimé que "la France doit s'engager à mettre un terme aux expulsions forcées de Roms".