BFMTV

Des associations alertent sur la baisse du nombre de dons en 2019

Si les associations de lutte contre la pauvreté ont vu leurs dons diminuer, ceux à destination des associations environnementales ont augmenté.

C'est une tendance qui avait pu être observée en 2018 et qui s'est malheureusement confirmée en 2019. Les associations françaises de lutte contre la pauvreté ont vu leur nombre de dons baisser l'année passée. Mi-décembre 2019, il manquait par exemple entre 3 et 4 millions d'euros aux Restos du Cœur pour boucler leur budget annuel.

Un euro correspondant à un repas, "cela représente trois millions de repas", a expliqué à BFMTV Benoit Alain, responsable de la collecte des fonds de l'association. Une baisse qui intervient alors que les Restos du Cœur servent deux fois plus de repas qu'il y a 15 ans aux plus démunis.

"Heureusement, on a pu constater, dans les tous derniers jours de l'année, un sursaut de la générosité. Malgré tout, il nous reste encore plusieurs semaines de campagne à faire", a ajouté Benoit Alain, dont l'association a perdu entre 5% et 7% de ses donateurs en 2019.

Le constat est le même pour de nombreuses autres associations. En moyenne, les dons ont baissé de 4,2% par rapport à 2018. Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS), a ainsi expliqué à franceinfo que les dons avaient diminué d'environ "150 millions d'euros" en 2018, une tendance qui s'est confirmée en 2019.

Les Français ont de moins en moins les moyens de donner

Cette baisse n'est pas étonnante pour Nolwenn Poupon, responsable des études de la communication chez France générosités. Selon elle, les difficultés que connaissent actuellement les associations de lutte contre la pauvreté sont directement liées aux récentes modifications fiscales.

"La hausse de la CSG pour les personnes âgées, qui a entraîné une baisse de leur pouvoir d'achat, la transformation de l'ISF en IFI, qui a fait que les contribuables assujettis à l'impôt étaient moins nombreux et avaient un niveau d'impôt moins important à payer, et la mise en place du prélèvement à la source, qui a créé un moment de flottement sur la possibilité d'avoir la réduction fiscale associée aux dons" ont contribué à diminuer le nombre de donateurs, assure Nolwenn Poupon.

Les dons aux associations environnementales en hausse

Reflet de la préoccupation grandissante des Français pour les questions écologiques, les associations de protection de l'environnement ont, à l'inverse, vu leur nombre de dons augmenter en 2019. Pour Greenpeace France, cette hausse a été de l'ordre de 10% l'année passée.

"La population française prend conscience de l'urgence climatique et de l'urgence environnementale. On a eu, au cours des derniers mois beaucoup d'alertes lancées par les scientifiques, qui rappelaient l'urgence d'agir contre le dérèglement climatique", note Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France.

L'environnement fait en effet désormais partie des principales préoccupations des Français, derrière la santé publique, l'emploi et l'éducation nationale.

Juliette Mitoyen