BFMTV

Coronavirus: victimes d'agressions, les soignants de l'hôpital Lariboisière escortés par des agents de sécurité

Les soignants de Lariboisière sont escortés par des agents de sécurité.

Les soignants de Lariboisière sont escortés par des agents de sécurité. - BFM Paris

Les professionnels de santé sont escortés depuis le centre hospitalier jusqu'aux transports en commun, notamment à la Gare du Nord.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus et particulièrement depuis l'instauration du confinement, les soignants de l'hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement de Paris, sont régulièrement victimes d'agressions. Le plus souvent verbales, mais parfois physiques.

"Une fois il y a un passant qui a demandé a une collègue si elle avait de l'argent, témoigne au micro de BFM Paris Béatrice, aide-soignante dans le centre hospitalier. Elle a dit non, elle a couru, elle a crié. Il voulait regarder son sac."

"Avant il y avait toujours du monde, maintenant (avec le confinement, NDLR), on se sent vraiment seul", raconte une autre soignante. "Et c'est vrai qu'on est facilement abordés pour avoir de l'argent ou des choses comme ça. On ne se sent pas en sécurité."

Pour éviter ces prises à partie, l'hôpital a décidé d'embaucher plusieurs gardes du corps chargés d'accompagner les médecins, infirmières et autres personnels hospitaliers lors de leurs déplacements jusqu'aux stations de transports en commun, notamment en direction de la Gare du Nord. Un système de sécurité salué par les soignants. "C'est pas mal rassurant d'avoir quelqu'un auprès de soi", déclare une autre employée de Lariboisière.

"Ils ne sont pas venus au travail pour subir ce genre de choses"

Quant aux agents de sécurité engagés dans ce dispositif, ils estiment comme Mickaël qu'il s'agit d'une manière de participer à la lutte contre le covid-19.

"Ils sont plus sereins, ils ne sont pas venus au travail pour subir ce genre de choses après leur service", juge l'agent de sécurité. Pour nous, ça fait plaisir de contribuer à aider les autres pendant qu'ils travaillent à aider les plus malades."

Les rotations s'effectuent toutes les 20 minutes, de 18 heures à 22 heures, et devraient durer jusqu'à la fin du confinement.

L'hôpital Lariboisière est en temps normal déjà sujet à des tensions autour de l'établissement, où est installée une salle de shoot. Depuis plusieurs années, des riverains riverains estiment que ce lieu est devenu un point de fixation qui attire du trafic, des violences et des toxicomanes. 

Des prises à partie contre les personnels de santé

Mais dans le contexte du coronavirus, les soignants de l'hôpital Lariboisière ne sont malheureusement pas les seuls à être concernés par ce type d'agression, qui visent de nombreux professionnels de santé depuis le début de l'épidémie.

Les infirmières et médecins, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, sont par exemple nombreux à témoigner sur les réseaux sociaux de mots de rejets reçus de la part de voisins craignant la contamination. Ce mercredi, l'Ordre des Pharmaciens a quant à lui alerté sur une forte hausse des agressions depuis l'arrivée du coronavirus.

Juliette Mitoyen