BFMTV

Coronavirus: l'Ordre des pharmaciens dénonce une hausse des agressions

Les pharmaciens de plus en plus jeunes

Les pharmaciens de plus en plus jeunes - FLORIAN DAVID / AFP

La présidente de l’Ordre des pharmaciens assure que les actions violentes dans les officines ont bondi de "50 à 60%" depuis l’apparition du coronavirus en France. Les pharmaciens sont victimes d’insultes, de menaces et parfois même d’agressions à l’arme blanche.

"La situation s’est dégradée." L’arrivée de la pandémie de coronavirus en France est une source d’angoisse pour la population alors que 3523 personnes en sont mortes et plus de 22.000 sont actuellement hospitalisées, selon le dernier bilan diffusé mardi soir. Présents pour assurer la continuité des soins de la population, les pharmaciens font les frais de cette anxiété.

"Notre mission de renseignement et d’écoute est d’autant plus importante dans cette période de crise", explique au Parisien Carine Wolf-Thal, présidente de l’Ordre des pharmaciens. Mais "le confinement a tendance à exacerber les peurs, l’anxiété et l’agressivité", souligne-t-elle.

Selon cette professionnelle, les actions violentes dans les officines ont augmenté de "50 à 60% par rapport aux mêmes semaines l’an passé". Insultes, menaces, cambriolages et parfois même agressions à l’arme blanche... "C’est rageant", déplore Carole Wolf-Thal alors que 55.000 pharmaciens restent mobilisés dans toute la France et "jouent un rôle essentiel".

Ambre Lepoivre