BFMTV

Coronavirus: un Britannique lié à une dizaine de cas en Haute-Savoie se dit "rétabli"

BFMTV

Steve Walsh, surnommé "Super-spreader" ("Super-propagateur") par la presse populaire britannique a été contaminé par le coronavirus lors d'une conférence à Singapour.

Un homme d'affaires britannique, qui a contracté le coronavirus et est lié à une dizaine d'autres cas notamment dans les Alpes françaises, a affirmé ce mardi qu'il était "complètement rétabli".

Steve Walsh, originaire de Hove dans le sud de l'Angleterre, a été contaminé par le coronavirus lors d'une conférence à Singapour. Sur son chemin du retour au Royaume-Uni, il s'est arrêté plusieurs jours dans un chalet d'une station de ski des Alpes françaises, à Contamines-Montjoie (Haute-Savoie), où plusieurs Britanniques dont un enfant de neuf ans ont été contaminés.

Cinq sont hospitalisées en France et un homme sur l'île espagnole de Majorque.

Deux médecins contaminés au Royaume-Uni

Steve Walsh est ensuite revenu au Royaume-Uni où il est lié à au moins cinq autres cas de coronavirus, dont deux médecins. L'un de ces médecins travaillait dans un centre médical de Brighton qui a fermé ses portes. 

"Je tiens à remercier le NHS (National Health Service, le système de santé publique anglais, ndlr) pour son aide et ses soins. Je suis complètement rétabli et mes pensées vont à ceux qui ont contracté le coronavirus", a déclaré Steve Walsh dans un communiqué écrit depuis l'hôpital londonien où il se trouve toujours en quarantaine.

Il a expliqué avoir contacté les services de santé dès qu'il avait réalisé avoir été exposé à un cas confirmé de coronavirus. "On m'a conseillé de me rendre dans une pièce isolée de l'hôpital, malgré l'absence de symptômes, puis de rester isolé chez moi". 

"Lorsque le diagnostic a été confirmé, j'ai été envoyé dans une unité d'isolement à l'hôpital, où je suis toujours, et, par précaution, ma famille a également été priée de rester à l'isolement", a-t-il expliqué. 

Un responsable des ventes d'une cinquantaine d'années

Surnommé "Super-spreader" ("Super-propagateur") par la presse populaire britannique, cet homme est un responsable des ventes d'une cinquantaine d'années, père de deux enfants, selon le tabloïd The Daily mail.

L'épidémie a fait plus d'un millier de morts en Chine continentale depuis l'annonce du premier décès le 11 janvier, imputé au virus 2019-nCoV. Au Royaume-Uni, huit cas ont été recensés.

61 tests négatifs aux Contamines-Montjoie

Les cinq personnes porteuses du virus aux Contamines-Montjoie "sont hospitalisées et dans une situation clinique tout à fait rassurante, il n'y a pas d'inquiétude aujourd'hui sur leur état de santé", a assuré le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, lors d'un point-presse lundi.

"Il n'y a pas d'autres cas secondaire en France. Il y a eu de très nombreuses personnes qui ont été testées", a encore précisé le haut responsable. 

En Haute-Savoie, ce sont jusqu'ici "61 personnes qui ont été testées, et 61 personnes ont eu un test négatif", a-t-il ajouté, soulignant qu'à cette date, "il n'y a pas de chaîne de transmission", ce qui est "rassurant pour la population concernée" dans ce département.

C.Bo. avec AFP