BFMTV

Coronavirus: pourquoi la semaine à venir s'annonce cruciale pour savoir si le déconfinement a fonctionné

C'est durant les prochains jours que l'on va savoir, à travers les bilans de Santé Publique France, si le déconfinement est une réussite. C'est aussi de ces bilans que va dépendre l'organisation de la vie quotidienne des Français pour ces prochains mois.

Nouvelles admissions, lits occupés en réanimation, nombre de morts... En France, à l’exception de Mayotte, tous les indicateurs liés au coronavirus sont au vert depuis quelques jours. Le déconfinement envoie donc des signes encourageants. Mais les spécialistes demeurent prudents face à une maladie dont le temps d'incubation peut atteindre 14 jours. La semaine qui arrive s’annonce donc cruciale quant au risque d’une nouvelle vague de contaminations.

40 à 60% de la population pourraient être immunisés

Au 14e jour du déconfinement, les données sur l'épidémie qui a tué 28.289 personnes en France depuis le 1er mars selon Santé Publique France, sont orientées à la baisse. Le nombre de malades du coronavirus hospitalisés en réanimation poursuit sa décrue, avec 1665 patients samedi, soit 36 de moins en 24 heures.

De même, les interventions de SOS médecin liées au Covid-19 sont en baisse quasi-constante depuis deux semaines, passant de 393 le 17 mai à 283, le 23. Enfin, les données liées à l’immunité sont, elles aussi, encourageantes. En effet, une étude américaine, parue dans la revue scientifique Cell affirme que 40 à 60% de la population pourraient être immunisés contre le Covid-19 sans même y avoir été exposés.

Un décalage

Mais selon les autorités sanitaires, il est toutefois prématuré de se réjouir. "Tout ce qu'on peut dire, c'est qu'aujourd'hui, on n'a pas de signal d'alerte mais qu'il est trop tôt pour tirer de ce constat que tout va aller bien", insiste auprès de l'Agence France-Presse (AFP) Daniel Lévy-Bruhl, responsable de l'unité des infections respiratoires de Santé publique France.

"Il y a un décalage entre ce qu'on mesure aujourd'hui et ce à quoi ça correspond: ce qu'on mesure aujourd'hui, c'est encore les bénéfices du confinement", poursuit-il.

Mécaniquement, la levée du confinement depuis le 11 mai doit forcément aboutir à une augmentation du nombre d'infections puisque les contacts entre les gens se multiplient, préviennent les autorités.

"L'épée de Damoclès"

Cette hausse pourrait intervenir vraisemblablement à partir de lundi, soit deux semaines complètes après le début du déconfinement. "L'épée de Damoclès" d'une "reprise de la dynamique épidémique" est toujours présente, ce qui pourrait même aboutir, "dans un scénario du pire", à "une nécessité de reconfiner" insiste Daniel Lévy-Bruhl.

Les bilans de Santé Publique France de ces prochains jours seront donc scrutés de près par le gouvernement. Ce dernier affinera, en conséquence, sa stratégie de déconfinement après le 2 juin. Comment rouvrir les bars, restaurants, parcs et jardins? Quelle organisation pour le secteur du tourisme? Faut-il autoriser les Français à se déplacer au-delà des 100 kilomètres? Autant de questions sur lesquelles l'exécutif attend les bilans des prochains jours pour pouvoir enfin trancher.

Esther Paolini