BFMTV

C'est prouvé scientifiquement, être mère est plus stressant qu'être père

Les mères sont plus stressées et fatiguées que les pères, selon une étude américaine.

Les mères sont plus stressées et fatiguées que les pères, selon une étude américaine. - Illustration

Une étude américaine en apporte la preuve: les mères de familles sont plus stressées et fatiguées que leurs conjoints masculins.

Etre mère serait plus stressant et épuisant qu'être père. Si le postulat n'est pas nouveau, il est enfin prouvé par une étude américaine de l'Université du Minnesota. Les mamans souffrent de plus de stress et de manque de repos que les papas, et tout cela, en raison d'un déséquilibre dans la répartition des tâches. 

L'étude publiée dans American Sociological Review précise bien que "les parents apprécient en général le temps passé avec leurs enfants", mais "les mères l'apprécient moins car elles font plus de tâches parentales liées au travail qu'au divertissement". Concrètement, le rôle de maman reste cantonné aux devoirs, au rangement des chambres des enfants et à l'aménagement de l'emploi de temps, tandis que papa est davantage là pour s'amuser.

Les mères plus souvent seules avec les enfants

Après avoir observé les comportements et ressentis de 12.000 parents sur trois ans, les sociologues révèlent que non seulement pères et mères ne pratiquent pas les mêmes activités avec leurs enfants, mais ils ne le font pas non plus dans le même environnement. Les mamans sont plus souvent amenées à être seules avec leur progéniture tandis que les papas sont souvent entourés d'autres adultes, capables de venir à la rescousse en cas de besoin. C'est l'une des raisons pour lesquelles les pères sont moins stressés.

Par ailleurs, père et mère ne bénéficient pas d'un sommeil aussi réparateur l'un que l'autre. Le temps de sommeil des hommes est moins perturbé par les enfants que celui des femmes, détaille l'étude. Les mamans étant aussi plus susceptibles de mal dormir, inquiètes pour l'avenir de leur bébé. 

Les scientifiques ayant mené cette étude essaient malgré tout d'être optimistes: "Espérons que de nombreux pères vont réaliser que leur partenaire peut être plus heureuse s'ils échangent le temps avec lequel ils s'amusent avec les enfants avec le temps consacré aux tâches travail".

Marine Henriot.