BFMTV

Bac 2021: des syndicats d'enseignants demandent le report des épreuves de spécialité prévues en mars

Les attestations du baccalauréat seront bientôt délivrées de façon numérique.

Les attestations du baccalauréat seront bientôt délivrées de façon numérique. - Martin Bureau - AFP

Plusieurs organisations syndicales et des associations de professeurs spécialistes ont publié une pétition contre la réforme du bac, dont les conséquences ont été selon eux aggravées par la crise sanitaire.

Plusieurs instances du monde éducatif ont co-signé une pétition "contre une politique scolaire qui maltraite les lycéens et leurs professeurs" sur Change.org, adressée à Jean-Michel Blanquer. Elle avait récolté ce mercredi plus de 16.000 signataires.

Parmi les signataires se trouvent notamment le SNES-FSU (Syndicat national des enseignants de second degré - Fédération syndicale unitaire), le SNALC (Syndicat national des lycées et collèges), Sud-Éducation, FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne) ou encore l'UNL (Union nationale lycéenne) mais également de nombreuses associations membres de la Conférence des associations de professeurs spécialistes.

Les signataires, qui dénoncent la réforme du lycée et du baccalauréat censée être inaugurée pour l'examen 2021, estiment que cette dernière a des conséquences encore aggravées par la crise sanitaire.

Ils jugent que cette réforme induit une "désorganisation" du travail des professeurs et personnels, et que son calendrier "exerce sur les élèves une pression qui les empêche de travailler sereinement".

Quatre revendications

Les signataires portent quatre revendications: la suppression de l'épreuve de grand oral, le report des épreuves de spécialité de mars à juin, ainsi qu'une limitation des contenus des programmes et un aménagement de toutes les épreuves de l'examen. Les épreuves de spécialité sont au nombre de deux, et sont choisies par les élèves.

"Avec ce qu'on a connu au printemps dernier et avec ce que l'on connaît dans les lycées depuis octobre-novembre, avec la mise en place dans la plupart des lycées d'aménagements, de groupes à effectifs réduits, du fait qu'on ne voit pas les élèves tous les jours, globalement les collègues nous disent tous: 'On n'est pas prêts pour faire passer des épreuves de spécialité à la mi-mars'", a jugé ce mercredi sur franceinfo Jean-Rémi Girard, président du Snalc.

Concernant le bac 2021, le ministre de l'Éducation nationale avait déjà annoncé début novembre que les épreuves d'évaluation communes de Première et Terminale seraient annulées en raison de la crise sanitaire et qu'elles seraient remplacées par du contrôle continu.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV