BFMTV

Attentats de Paris: la France se fige pour une minute de silence

La France se recueille. Partout dans le pays, une minute de silence a été observée lundi, à la mi-journée. Les transports en commun se sont arrêtés pendant ce bref laps de temps. François Hollande était, avec Manuel Valls, à la Sorbonne.

Lundi à midi pile, la France s'est figée le temps d'une longue minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015. Ces attaques sans précédent ont plongé le pays dans la stupeur, l'indignation et la peine. Alors qu'un deuil national de trois jours se poursuit, les drapeaux resteront en berne jusqu'à mardi.

Les attaques ont touché d'innombrables lieux vendredi soir dans une offensive terroriste coordonnée. Le Stade de France, la salle de spectacle du Bataclan et plusieurs bars et restaurants du centre de la capitale ont ainsi été frappé. L'émotion a été particulièrement vive autour de ces lieux. Après la minute de silence des applaudissements se sont fait entendre, notamment place de la Sorbonne et de la République. Une Marseillaise a été spontanément entonnée par la foule en plusieurs endroits.

Métro, RER, bus et tramways se sont, eux aussi, arrêtés. Vers 13 heures il est prévu que les musées, salles de spectacle et autres établissements culturels, fermés durant le week-end, rouvrent.

Recueillement du chef de l'Etat à la Sorbonne

Son entourage l'avait annoncé dès dimanche, le président de la République s'est rendu à l'université de la Sorbonne pour rendre hommage aux victimes. Le choix du lieu s'est imposé "car parmi les victimes, figurent beaucoup de jeunes et d'enseignants", avait-on indiqué.

Le chef de l'Etat était accompagné du Premier ministre Manuel Valls, de la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et du secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur, Thierry Mandon.

A 16 heures, François Hollande prononcera un discours devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Il devrait annoncer le prolongation de l'état d'urgence.

Une minute de silence préparée par les enseignants

Après une fermeture décidée samedi, les lieux d'enseignement ont rouvert lundi. La minute de silence a été activement préparée par le corps enseignant, du 1er degré jusqu'aux instances universitaires. Pour éviter que ne se reproduisent certains incidents qui avaient émaillé la minute de recueillement après les attentats à Charlie Hebdo, l'accent a été mis sur le dialogue et le débat avec les élèves.

D. N.