BFMTV

Armando Curri, sans-papiers albanais décoré "meilleur apprenti" au Sénat

BFMTV

Il a finalement été décoré au Sénat sous les ors de la République, en smoking et nœud papillon. Armando Curri, un jeune Albanais de 19 ans, a été désigné mercredi meilleur apprenti menuisier de France, au Palais du Luxembourg, qui avait refusé un temps de l'accueillir car il ne disposait pas de papiers en règle.

"Je suis très content", a réagi cet habitant de la Loire arrivé en France il y a trois ans et bénéficiant du statut de mineur isolé jusqu'à sa majorité. Il se trouvait en situation irrégulière en France depuis le 2 d'octobre 2014, date à laquelle une obligation de quitter le territoire français (OQTF) lui avait été notifiée par la préfecture de la Loire. Mais "compte tenu de ses capacités d'intégration" et de "l'exemplarité de son parcours", le préfet de Loire a fait savoir mardi qu'il avait décidé d'abroger la décision d'expulsion à son encontre, et de lui délivrer une autorisation provisoire de séjour.

"Ça change tout d'un coup" et "ça représente mon avenir", se réjouit Armando Curri.

"Il a mérité sa médaille"

Son parcours est incroyable. Armand Curri est arrivé seul en France il y a trois ans sans parler un mot de français. "Il est arrivé malheureusement clandestinement au fond d'un camion, le camion s'est arrêté à Saint-Etienne, il s'est donc arrêté à Saint-Etienne", raconte son maître d'apprentissage. Pris en charge par les services sociaux, il a ensuite trouvé un contrat d'apprentissage en menuiserie.

"Tout de suite, il s'est impliqué dans sa formation et dans son investissement à apprendre la langue française", explique Joseph Morin. "Il s'est investi, il a mérité sa médaille, il aurait été quelque part anormal qu'il ne la reçoive pas avec les honneurs qui lui sont dus", juge Joseph Morin.

Des précédents

Armand Curri n'est pas le premier jeune en situation irrégulière a être décoré par le prestigieux titre de meilleur apprenti de France. En 2013, un jeune Indien menacé d'expulsion, Gurmit Singh, avait reçu la médaille dans la catégorie "peintre applicateur de revêtements". En 2012, c'est une jeune femme d'origine rom, Cristina Dimitru, qui avait été lauréate dans la catégorie "pressing". La préfecture lui avait également accordé un titre de séjour après sa distinction.